La CIA a un métro de retard sur les hackers

Cloud

Un haut responsable de la CIA a exprimé ses doutes quant à l’incapacité de l’organisation à suivre les astuces et les techniques employées par les hackers pour infiltrer les réseaux gouvernementaux. Inquiétant.

Lors d’un meeting du Congrès américain jeudi 21 juin, Lawrence Gershwin, conseiller en chef de la CIA sur les questions scientifiques et technologiques, a déclaré que la communauté des hackers développait des outils et des méthodes leur permettant d’infiltrer les réseaux gouvernementaux américains plus rapidement que la CIA ne peut prendre des mesures pour les contrer. “Je ne me sens pas très à l’aise au sujet de notre capacité à anticiper”, confiait-il. Lawrence Gershwin a aussi exprimé des doutes quant à la sûreté des réseaux privés et publics du gouvernement américain. Les intrus pourraient tirer parti des transferts entre les parties privées et publiques du réseau, a-t-il indiqué, ou mettre en place des portes dérobées sur des systèmes commerciaux privés.

“Alors que nous devrions travailler avec les sociétés américaines sur les solutions à certains problèmes, il existe des contrats et des sous-contrats. Cela en devient difficile de dire qui travaille pour qui”, expliquait-il. Lawrence Gershwin a mis en garde sur le fait que les gouvernements étrangers représentent la plus grande menace pour les réseaux américains sur les dix années à venir, en considérant que les hackers isolés manquent de motivations pour attaquer les réseaux gouvernementaux. Les groupes terroristes se cantonnent à des tactiques qui fonctionnent. “Ils se débrouillent très bien avec les explosifs, nous sommes convaincus qu’ils travaillent là-dessus”, a-t-il expliqué avant de mettre en garde contre le fait que de telles organisations pourraient détourner l’attention du gouvernement dans les six mois à venir.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur