La couleur tire le marché de l’impression

Mobilité

Selon le Syndicat national des entreprises de systèmes et de solutions
d’impression, les entreprises privilégient la couleur dans les produits
multi-fonction.

Selon les conclusions du bilan 2006 que dresse le Snessi (Syndicat national des entreprises de systèmes et de solutions d’impression) mais aussi des perspectives déjà entamées pour 2007 du marché de l’impression professionnelle et grand public, les achats s’orientent plutôt vers la couleur.

Phénomène éclatant, la couleur explose dans le secteur des produits multi-fonctions (MFP). Elle est intégrée dans 63% des MFP laser placés dans le courant de l’année 2006 (soit 75 716 placements), 20 % des MFP jet d’encre (soit 520 000 placements) et 8% sur les imprimantes laser (soit 140 000 unités vendues). Jusqu’en 2010, la couleur restera un enjeu majeur sur lequel les constructeurs vont continuer d’investir, estime Infotrends.

L’impression N&B plafonne mais le marché MFP N&B est stable avec 3% de croissance. Les marges de l’impression N&B ayant atteint leur seuil minimal, les voies de concurrence ne peuvent s’orienter que sur d’autres axes de développement comme la gestion des impressions (et l’optimisation de leurs coûts) ainsi que l’équipement couleur.

A souligner : l’écart du prix moyen sur un équipement couleur entre l’impression d’une page N&B et une page couleur s’élève actuellement à 10 avec la couleur pour 1. La croissance du parc d’impression laser N&B a atteint 6% en 2006, “mais on verra s’accentuer en 2007 l’évolution des parcs d’imprimantes noir et blanc vers des MFP ou vers des imprimantes couleur”, souligne le SNESSI qui, s’appuyant sur une étude GFK de ce marché pour 2006, prévoit une croissance des imprimantes laser couleur de 21%.

Un marché intermédiaire qui grossit

Face à l’extrême réduction des marges sur les équipements N&B, il est fort à parier que l’évolution du marché pour la couleur aboutisse à une situation comparable à terme. C’est la raison pour laquelle deux tendances apparaissent essentielles aujourd’hui : d’une part, la progression des services (et à ce niveau les offres génèrent autant de mouvements de sociétés que des productions matérielles), et, d’autre part, la progression d’un “marché intermédiaire”, c’est-à-dire une partie du marché grand public qui est devenu semi-professionnel.

“On constate un démarrage sensible des imprimantes laser couleur en grande distribution (+60% en volume en 2006) achetées pour un usage semi-professionnel)”, souligne Bertrand Huck, Business Group Director, département Marketing de GFK, cité dans le communiqué de presse du Snessi.

Le chiffre d’affaires des services chez les constructeurs (gestion de parcs, infogérance?) atteint entre 10 et 20% de leur CA total, une part qui devrait progresser à moyen terme. Cette nécessité de progresser sur les services n’est certainement pas sans conséquence sur les formes de développement que vont connaître les entreprises constructeurs ? puisque les services infléchissent généralement les relations commerciales vers l’indirect?

“Viser les solutions globales de gestion de document pour générer des revenus à forte valeur ajoutée tout en dégageant des économies pour les clients “, estime le Snessi. “Ceci n’est pas sans conséquences au niveau des organisations et de la stratégie des entreprises de systèmes et solutions d’impression?”. Et l’émergence de ce nouvel enjeu “passera pour la plupart des constructeurs par le développement d’une politique commerciale indirecte”. La nouvelle vision de Dell serait-elle passée par là ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur