La dégustation de l’eCafé d’Hercules

Mobilité

Le fabricant français s’est lancé dans la course des ultra-portables à bas prix le mois dernier. Nous avons testé l’eCafé pendant une semaine.

En terrasse, en salle, au bar mais surtout à emporter, le eCafé est un ultraportable qui tient dans son sac à main ou dans un petit sac à dos. A peine moins d’un kilo, couleur champagne et chocolat élégante, il offre un look compact et solide. Assez haut sur pied, il reste stable une fois posé. L’eCafé est idéal pour les déplacements en transport en commun. Même dans le métro aux heures de pointe, il est possible de le garder allumer tout en l’ayant refermé et mis dans son sac pour tout simplement écouter de la musique. L’entrée audio permet de brancher des écouteurs.

Il chauffe peu et sait se faire discret en restant silencieux grâce à l’absence de ventilateur. Il présente deux ports USB, une prise VGA pour le relier à un écran de télévision, un lecteur multicartes : SD, SDHC, MMC et MS et un port Ethernet. Une fois ouvert il offre une webcam de 3 Méga-Pixels et un microphone intégrés placés au-dessus et à gauche de l’écran LCD huit pouces d’une résolution de 1024×600. Les quatre-vingt touches du clavier n’offrent pas un confort de frappe très élevé. Il faut s’adapter à un clavier de taille réduite et à des touches raides lorsque l’on est habitué à quelque chose de plus fluide et souple. Le bouton d’allumage est discrètement positionné sur le côté droit à la jonction entre l’écran et le corps de l’ultra-portable. Le système d’exploitation open source Linux Mandriva est préconfiguré pour offrir une présentation simplifiée et intuitive de l’interface. Pas besoin d’être un expert Linux pour utiliser l’eCafé. Quoique qu’un mode expert soit bel et bien disponible pour les utilisateurs plus expérimentés qui voudraient personnaliser davantage le netbook.

Personnalisable à l’infini

Pour ne pas vider la batterie inutilement (3 heures d’autonomie sans Wi-Fi), le Wi-Fi (802.11 b/g) est désactivé par défaut au démarrage de la machine. Une simple pression sur ctrl et F1 suffit à le mettre en route. Si la connexion au réseau à déjà été configurée et sauvegardée elle se fera automatiquement avec le logiciel eCafé Connect. L’eCafé est compatible avec les cartes 3G des trois principaux opérateurs de téléphonie

L’écran d’accueil présente cinq icônes, chacun ouvrant l’accès à un “univers” différent : travailler, jouer, communiquer, multimédia et le dernier ouvre le portail Web dédié au eCafé. Ce dernier présente des tutoriaux pour l’utilisation de l’ultraportable d’Hercules (mise à jour, personnalisation, installation de nouveaux logiciels, etc.), permet d’identifier les périphériques compatibles avec la machine et  il offre un espace de stockage de 30 Giga-octets (non disponible au moment de notre test) venant compléter les 20 Go de disque dur du eCafé. Le portail permet enfin d’accéder au téléchargement des jeux Gameloft développés par l’éditeur spécifiquement pour l’eCafé (non disponible au moment de ce test).

Le côté personnalisable de l’eCafé peut être très apprécié. Il est même possible aux habitués des systèmes d’exploitation Windows de recréer un bureau similaire, avec des barres d’outils, des icônes modulables. Les utilisateurs peuvent décider d’oublier les différents univers ou de simplement les conserver.

Les applications installées sur la machine couvrent les principaux besoins des utilisateurs en matière de multimédia, lecture audio (librairie personnelle et webradios, vidéo (avi, mpeg, wmv, etc.), de messagerie e-mail ou instantanée, de traitement de texte, tableur, avec la suite bureautique open source, OpenOffice, compatible avec les formats de fichiers Microsoft Office et l’affichage des photos de tous formats (Jpg, png, gif, etc.). Il est aussi possible de télécharger d’autres logiciels compatibles Linux pour d’autres usages.

Attention à ne lancer qu’une application à la fois

Tournant avec un processeur AMD Geode LX 800 sur 512 Mo de mémoire vive, il affiche dans la barre d’état, en bas à droite de l’écran, le niveau de ressources système utilisé à tout moment. Le système ralenti considérablement lorsque l’utilisateur lance plus d’une application à la fois. Mais rien n’empêche d’ouvrir le lecteur audio et ensuite d’aller naviguer sur le Web avec Firefox, tout en écoutant de la musique. L’affichage des pages Web reste assez lent si on le compare à la vitesse observée sur les ordinateurs de bureau ou portables classiques. Il en va de même pour les téléchargements de gros fichiers. La visualisation des vidéos en plein écran est de bonne qualité. L’eCafé peut très bien faire office de lecteur vidéo portable. Il ne lit pas les DVD mais est compatibles avec les lecteurs de DVD externe USB.

A mi-chemin entre l’ordinateur portable et le smartphone pour un prix de vente conseillé de 299 euros, le eCafé est un outil multimédia et de communication plus que de travail. On le prend à emporter car il rempli sa mission en se révélant très utile en mobilité.

(Photos fournies dans le dossier de presse par le constructeur)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur