La micro va bien, merci pour elle

Cloud

La plupart des industriels de l’informatique ont publié leurs résultats financiers, parfois colossaux à l’exemple de Microsoft. Le fondeur AMD, qui tient tête à Intel grâce à son processeur Athlon, continue toutefois de perdre de l’argent.

Le grand déballage des résultats financiers trimestriels a confirmé encore une fois le poids croissant de l’industrie informatique dans l’économie mondiale. Plusieurs géants viennent d’annoncer à quelques jours d’intervalle des bénéfices records, toujours en augmentation à l’exemple de Microsoft. La firme de Redmond a réalisé lors du dernier trimestre 1999 un chiffre d’affaires de 6,1 milliards de dollars. Avec un bénéfice net de 2,4 milliards de dollars, l’éditeur fait 23 % de plus qu’à la même période en 1998.

Le groupe n’a toutefois pas complètement convaincu les spécialistes de la finance : selon certains analystes, une partie des milliards récoltés en cours d’année provient des investissements en Bourse de la société. Avec un porte-feuille d’actions estimé à 20 milliards de dollars, Microsoft réalise des bénéfices conséquents sur toute l’année en achetant puis en revendant les titres de sociétés diverses. Bref, le logiciel marche bien mais n’explique pas tout.

De son côté, IBM assure avoir souffert du passage à l’an 2000, qui a momentanément gelé les investissements des entreprises en matériel informatique (PC et serveurs). Il se plaint de voir son bénéfice net trimestriel reculer légèrement à 2,1 milliards de dollars. C’est déjà bien, même si Microsoft gagne la palme de la rentabilité, puisque le chiffre d’affaires de Big Blue culmine à 24,2 milliards de dollars sur seulement trois mois…

Intel est lui aussi un abonné aux milliards. Le fondeur, qui a profité d’une très bonne année (voir édition du 14 janvier 2000), est financièrement à des années-lumière d’avance d’AMD, son fougueux concurrent. Alors qu’Intel engrange les milliards de dollars de bénéfices sur le trimestre comme sur l’année, AMD se débat avec un trou de 89 millions de dollars sur l’exercice 1999. Encore fragile, l’inventeur de l’Athlon annonce des ventes record pour sa puce (plus de 800 000 unités vendues au troisième trimestre). Probablement grâce aux ventes de fin d’année, il a dégagé un petit bénéfice trimestriel et pourrait continuer sur cette lancée dans les prochains mois. Intel a en effet des difficultés à fournir ses processeurs Pentium III, si bien que plusieurs constructeurs, tels Compaq ou Gateway, le boudent et préfèrent se tourner vers AMD (voir édition du 17 janvier 2000).

Apple n’est pas en reste. Moribonde il y a trois ans, la firme à la pomme enregistre aujourd’hui des ventes record (voir édition du 20 janvier 2000). Résultat, son cours en Bourse grimpe régulièrement, avec une clôture hier soir à 113,5 dollars, soit un bond de plus de 6 dollars en une seule séance. Alors que les investisseurs les plus audacieux pariaient sur un cours à 70 dollars à la fin 1999, la Bank of America invite à la surenchère en misant sur un seuil de 145 dollars.

Bref, l’industrie se porte bien, n’en déplaise aux anciens dirigeants de Compaq qui voyaient dans le tassement du marché mondial l’explication de la baisse de résultat du constructeur. L’année 2000 changera t-elle la donne ? Le nouveau géant AOL Time Warner devrait en tout cas peser lourd. Même si la fusion ne sera guère effective avant un an, le fournisseur d’accès bat des records. Avec 20,5 millions d’abonnés et un bénéfice trimestriel de 224 millions de dollars, son avenir s’annonce pour l’instant bien.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur