La mobilité au coeur de la SETI

Mobilité

La Semaine Européenne des Technologies de l’Information (SETI), qui regroupe douze salons dédiés aux secteurs de l’informatique, des télécoms et de l’Internet, se déroule cette année encore. Les solutions mobiles et wireless devraient être les tendances fortes de l’année 2002.

La mobilité devrait être la tendance forte de la Semaine Européenne des Technologies de l’Information (SETI), qui se déroulera du 26 au 28 mars à la Porte de Versailles à Paris. Nombre d’exposants issus du monde de l’informatique, des télécoms et de l’Internet, attirés par le marché de la mobilité en entreprise, proposent des solutions nomades tant au niveau du matériel que des applications. Si l’an passé, l’édition s’inscrivait encore dans une logique très Internet de type poste fixe, le salon 2002 souhaite véritablement profiter du Net pour un accès à distance de certaines applications. Toutefois, selon Xavier Fiquemo, directeur du développement Groupe Solutions et organisateur du SETI, le salon ne consacre pas encore l’idée d’un Internet mobile. “Plus que d’Internet mobile, il s’agirait plutôt ici d’intranet mobile avec notamment des applications comme la virtualisation de bureau pour un accès à distance”, explique-t-il.

La SETI, qui accueillera 1 000 exposants et près de 120 000 visiteurs, propose comme l’an passé douze salons dédiés aux domaines de l’informatique, d’Internet et des télécoms. On retrouve ainsi des thèmes comme la gestion intégrée ou automatisée, l’identification, la traçabilité, le CRM, la sécurité? C’est d’ailleurs autour de la sécurité que la demande des entreprises risque d’être forte. “La mobilité a créé de nouveaux risques et impose donc de prendre des mesures nécessaires. Avec l’explosion du marché de la mobilité, la sécurité est un thème très fort”, juge Xavier Fiquemo.

Le marché s’ouvre aux PME

Les difficultés économiques rencontrées par de grands groupes durant l’année 2001 ont forcé les sociétés du secteur à chercher à élargir leur clientèle. Les acteurs se sont donc tournés vers les PME qui deviennent une cible de choix, d’autant qu’elles ont de plus en plus les mêmes problématiques qu’une société grand compte, même si les investissements sont moindres. Les PME/PMI risquent donc d’être les vedettes de la SETI. Car les petites sociétés prennent de plus en plus conscience de la nécessité de certaines applications au moment même où les offres sont prêtes. “Je pense que le fossé qui pouvait séparer le monde des PME et celui des grands comptes est en train de disparaître. Les outils sont là pour que le décalage n’existe plus”, expliquait déjà Sylvain Arquié lors du Seti 2001 (voir édition du 6 mars 2001).

Si certains analystes voient déjà des signes de reprise, l’édition 2002 du SETI ne marque pas encore la fin du ralentissement économique qui a reporté beaucoup de projets durant l’année 2001. Xavier Fiquemo estime qu’il est encore prématuré de parler de redémarrage. Pour preuve, le salon dédié au stockage – qui devait être le 13e salon au sein de la SETI 2002 – n’a toujours pas été créé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur