La plate-forme PowerPC séduit les industriels

Mobilité

Bien qu’IBM se voit obligé de supprimer 1 000 postes dans sa branche semi-conducteurs, l’architecture PowerPC semble devoir faire recette en 2002 et plus encore en 2003. Plusieurs secteurs industriels s’intéressent de près aux atouts de la puce. Les solutions s’appuyant sur l’architecture fleurissent tandis que le nombre d’applications augmente. L’arrivée du G5 pourrait changer beaucoup de choses… au plus grand profit d’Apple.

La prochaine GameCube de Nintendo ? PowerPC. Les copieurs de Kyocera ? PowerPC. Les terminaux Web, la SDTV et la HDTV de Sanyo ? PowerPC. Les routeurs de Cisco ? PowerPC. L’électronique des prochaines voitures ? PowerPC. L’architecture du trio Motorola-IBM-Apple semble avoir le vent en poupe, malgré l’annonce de coupes massives d’effectifs dans les rangs de la division micro-électronique d’IBM. Ce sont en effet 4,6 % des postes de cette division qui devraient disparaître. Deux fois moins que les coupes réalisées par la concurrence. Les sites de Burlington, Endicott et d’East Fishkill seront touchés par cette mesure. L’unité de fabrication en construction sur ce dernier site n’est pas affectée pour le moment et sa mise en production devrait démarrer en 2003. Une stratégie de réduction des coûts et de montée en puissance de la production susceptible de dynamiser Big Blue à un moment où la demande devrait redevenir particulièrement forte, malgré un marché en chute de 30 % en 2001 par rapport à 2000. De fait, la baisse générale des prix pousse les industriels à revoir leurs approvisionnements.

Et l’architecture PowerPC semble en train de gagner du galon dans le coeur des industriels. Ce sont les solutions embarquées dans des applications aussi bien destinées aux industriels qu’au grand public qui tirent la plate-forme. Chez Motorola, il s’agit de la gamme 8xxx. La raison ? Le PowerPC permet d’atteindre les performances des Pentium III et 4 pour moitié prix. Et cette fois-ci, ce n’est pas Apple qui le dit, mais les fabricants de routeurs et d’appareils de communication ! Ainsi de nouvelles solutions comme celle de Green Hills Software ou d’Embedded Planet, qui se veut une offre complète de développement d’applications destinée au PowerPC pour des systèmes multimédias ou des routeurs utilisés sur Internet. Ainsi encore de MAI Logic Incorporated, qui propose un chipset conçu pour tirer parti des processeurs G4 MPC 74XX de Motorola sur le plan des économies d’énergie. Marchés : les systèmes embarqués dans des appareils électroniques, les serveurs, les boîtiers numériques, les systèmes de contrôle industriel, les terminaux mobiles sans fil, les microserveurs ou la télévision numérique interactive.

Des puces douées pour le calcul distribué

Et ce n’est pas tout : Motorola a commencé également depuis octobre à promouvoir le coeur e500 de sa cinquième génération de processeurs, , le Book E décliné à partir des spécifications communes à la plate-forme PowerPC et qui définit également… le G5, alias PPC 8500, qui devrait être utilisé par Apple sous peu. L’objectif est de proposer des processeurs fournissant un excellent rapport puissance/ consommation/ paquets/ coût. Paquets, parce que les nouvelles puces communiqueront très rapidement en utilisant le bus Rapid I/O. En fait, la promesse du fondeur est de fournir des processeurs capables de s’interconnecter au travers d’un switch par le biais du nouveau bus. De quoi fournir aux secteurs de l’automobile, des télécommunications et de l’électronique une puissance de calcul distribuée à laquelle ils avaient difficilement accès à moindre coût. Le nom de la dernière puce capable de proposer cela ? PowerPC 8540, déjà sur le marché et ayant un air de famille avec les puces embarquées dans les Mac. Conséquences pour Apple ? Les craintes d’un abandon de la plate-forme PowerPC par Motorola pourraient bien être en train de s’éloigner à grands pas. Mais surtout, en même temps, le rapport coût/performance des PowerPC utilisés par Apple pourrait bien être en train de s’effondrer, au plus grand bénéfice des utilisateurs. Il faut encore attendre que le G5 monte dans nos Mac. Peut-être au début de 2002…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur