La publicité débarque dans les flux RSS

Mobilité

Après des sociétés pionnières comme FeedBurner ou Kanoodle, Google est attiré par ce nouveau filon publicitaire.

“Nous estimons que la publicité et l’abonnement pour du contenu syndiqué représente une opportunité de business pour les portails Internet et les fournisseurs de contenu.” C’est un court extrait de l’un des derniers rapports dédiés aux nouvelles technologies de la banque d’affaires Morgan Stanley* mais tout est dit. L’essor des flux RSS, inhérent au développement des blogs et des sites médias, attire l’attention des groupes Internet qui vivent de la publicité.

Comment peut-on incruster de la publicité dans les flux RSS ? Si vous consultez les informations d’un site à partir d’un lecteur RSS, elle prend la forme d’un encadré publicitaire après chaque accroche d’une news. Par exemple, si vous prenez l’exemple du fils RSS de Vnunet.fr, on pourrait très bien imaginer qu’après le titre de cet article et le chapeau apparaisse un encadré sponsored listings avec un présentation d’un produit d’un annonceur.

Google débute sous forme de version alpha l’exploration de cette nouvelle forme publicitaire. Le moteur de recherche s’appuie sur sa programme AdSense pour développer une offre de sponsoring links dédiée aux fils RSS. Il est possible de découvrir des exemples de fils RSS sponsorisés par Google AdSenses sur Longhornblogs.com, qui se considérait le 26 avril dernier comme le seul site bénéficiant de cette expérimentation publicitaire. Depuis, le service de blogs verticaux Weblogs Inc et The Unofficial Apple Weblog ont rejoint le cercle restreint des services béta-testeurs sélectionnés par Google.

Prochainement disponible en Europe ?

Dans la catégorie des start-ups, l’américain FeedBurner se positionne comme une boîte à outils multiservices pour exploiter les fils RSS (40 000 en maintenance). Outre un outil destiné à mesurer la part d’audience d’un site Web obtenue à partir d’un flux RSS, elle a également développé un programme de liens sponsorisés pour fils RSS à déployer sur des blogs. FeedBurner ne joue que le rôle d’intermédiaire technique. La société, qui est installée à Chicago, s’appuie sur des spécialistes de l’affiliation comme Amazon ou des prestataires de liens sponsorisés comme Overture, la filiale dédiée à la publicité en ligne de Yahoo. Début avril, FeedBurner a obtenu 7 millions d’euros auprès de plusieurs fonds d’investissement (Mobius Venture Capital, Sutter Hill ventures, Portage Venture Partners et Darper Fusher Jurvetson) pour développer ses activités.

Toujours du côté des Etats-Unis, Kanoodle, société dédiée au marketing search, et Moreover Technologies, spécialiste high-tech de l’agrégation de contenus, ont scellé fin février une alliance autour de l’élaboration de solutions publicitaires sur les flux RSS : BrightAds RSS (commercialisée par Kanoodle) et FeedDirect RSS Ads (commercialisée par Moreover).

En l’état actuel, ses services ne dépassent pas la sphère du continent nord-américain. Google refuse de préciser à quelle échéance il compte développer son service en dehors des Etats-Unis. Quant au service de Kanoodle, il devrait s’étendre au Canada si l’on en croit le FAQ de BrightAds RSS. Quant aux bloggeurs français, ils vont devoir faire preuve de patience ?

*An update from the Digital World-October 2004. Morgan Stanley, Equity Research, North America

Pour ou contre l’exploitation commerciale des flux RSS ?
Dave Winer, le concepteur de RSS, a pris la parole pour exprimer ses réticences vis-à-vis d’une quelconque exploitation commerciale liée aux flux RSS. Jason Calacanis, éditeur du réseau de blogs verticaux Weblogs Inc, répond aux polémiques sur le sujet : “Dave Winer semble vouloir protéger son invention et ne propose aucun motif cohérente que je puisse identifier pour empêcher de monétiser les flux RSS.” Accusé par ses détracteurs de corrompre le “robinet d’information” (“the flow of information”), là encore, Jason Calacanis se défend de toute mauvaise intention : “Nous déployons de la publicité sur les flux RSS de manière organisée et délimitée parce que nous croyons à ce média et parce que nous respectons son contenu (?) C’est une solution win-win-win (éditeur-lecteur-annonceur).”

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur