La publicité va devenir un vrai gagne-pain pour les réseaux sociaux

MarketingPublicité
Facebook Mark Zuckerberg

Les revenus publicitaires des réseaux sociaux pourraient dépasser les 10 milliards de dollars à l’horizon 2013. Facebook se taillerait plus du tiers d’un gâteau dont les plus grosses miettes reviendraient à Twitter et LinkedIn.

10 milliards de dollars. C’est la somme totale que pourraient bientôt concéder les annonceurs aux réseaux sociaux. Le cabinet eMarketer fixe cette échéance à 2013. Facebook devrait alors réaliser 38% des recettes (3,8 milliards de dollars), quand Twitter et LinkedIn s’octroieraient chacun quelques 140 millions de dollars.

Ce palier symbolique initierait un léger repli d’une croissance qui se maintiendrait à 50% par an jusqu’à la fin 2012, pour totaliser près de 10% du marché global de la publicité.

2011 tirerait sa révérence sous les mêmes auspices, avec des revenus cumulés estimés à 5,54 milliards de dollars pour Facebook et consorts.

Quoique le contingent des acteurs générant des revenus suffisamment significatifs se limiterait toujours à cet indétrônable trio. Twitter et LinkedIn partageraient ainsi le deuxième rang, avec chacun 3% des recettes.

L’avènement de la publicité sociale et son ciblage consécutif, plus pertinent par le biais de l’Open Graph, contribuerait, en toute logique, à une explosion du trafic sur les principaux réseaux sociaux, dont les bénéfices dépasseraient alors les 8 milliards de dollars en 2012.

En toute logique, Twitter a cédé face à l’enjeu. Le site de micro-blogging compte désormais dans son escarcelle 1600 annonceurs.

Si le marché américain reste de loin le plus prolifique (un quart des investissements publicitaires), les pays émergents se socialisent peu à peu.

L’Europe n’est pas plus en reste. Des 100 millions de membres qui gazouillent sur Twitter, près de 3 millions sont résidents français.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur