La RATP se met au Wi-Fi

Cloud

Naviguer sur Internet dans la rue. Cette possibilité encore limitée à quelques points d’accès Wi-Fi deviendra réalité dans quelques mois à Paris grâce à la RATP. L’entreprise de transport déploie, via sa filiale Naxos, l’un des plus grands réseaux Wi-Fi du pays.

Dans quelques mois, les Parisiens et les touristes qui circulent dans la capitale pourront naviguer sur Internet et consulter leur courrier électronique en pleine rue et non plus seulement à partir d’un cyber-café, d’une gare ou autre lieu public équipé d’un point d’accès Wi-Fi (hotspot). La RATP, via sa filiale télécoms Naxos, va équiper de bornes Wi-Fi les bouches d’entrée de ses stations de métro. Chaque station sera équipée de deux points en 802.11b dont les fréquences disjointes permettront d’offrir un débit théorique de 2 x 11 Mbits/s.

Les antennes sont discrètement intégrées dans le mobilier urbain (le panneau du plan ou le logo “M” qui surplombe la plupart des bouches de métro) tandis que les éléments actifs sont déployés en sous-sol. Une solution plus discrète que les antennes GSM qui fleurissent disgracieusement sur les toits des immeubles. Pour mettre en place cette offre Wi-Fi, Naxos s’appuie sur le réseau de 40 000 kilomètres de fibres optiques de la RATP déployées par Telcité, une autre filiale de la régie des transports parisiens, tandis que Cap Gemini et Cisco assurent la mise en oeuvre technique et matérielle.

Une plate-forme mutualisée

Naxos n’a pas l’intention de devenir fournisseur d’accès (FAI) ou opérateur direct, mais opérateur d’opérateurs. Il mutualise sa plate-forme Wi-Fi et la met ainsi à disposition des opérateurs, FAI, entreprises privées et collectivités locales. T-Online, la maison mère de Club-Internet, Bouygues Télécom, Tele2 ou encore la mairie de Paris seraient intéressés par le projet.

Celui-ci vient d’entrer en phase expérimentale. Une douzaine de stations seulement sont équipées de points d’accès : de Gare du Nord à Porte d’Orléans en passant par Châtelet, elles dessinent un axe nord-sud et sont libres d’accès (après inscription sur le portail Wixos) pour le grand public jusqu’en juin 2003. Le projet poursuivra sa phase expérimentale jusqu’en juin 2004 en direction des opérateurs et entreprises clients.

Un service en phase expérimentale

Il est donc encore trop tôt pour connaître les offres que les FAI proposeront éventuellement à leurs clients parisiens. D’autant que l’accès au Net et la consultation du courrier électronique ne sera pas la seule prestation proposée. Des services d’aide au déplacement dans la capitale, de diffusion d’informations ciblées, etc., pourront être déployés.

Nombre de questions restent cependant en suspens. La sécurité, notamment. Naxos propose la sécurisation de bout en bout au niveau applicatif via le protocole HTTPS (le plus couramment utilisé pour les achats en ligne) et des certificats. L’offre ambitionne de permettre la circulation des clients sur l’ensemble du réseau sans rupture de la liaison (roaming) mais on sait que ce type de service n’est pas encore au point – un problème inhérent au protocole Wi-Fi. Tout comme la gestion de la bande passante qui risque de saturer en cas de téléchargements massifs (via les services de peer-to-peer notamment) au détriment des simples surfeurs. Autant de questions auxquelles les phases expérimentales devront répondre pour offrir un service de qualité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur