L’Anonabox relancée sur IndieGogo sur fond de polémique

Mobilité
anonabox-financement-interrompu

Banni de Kickstarter, le projet Anonabox refait parler de lui avec une nouvelle campagne lancée sur Indiegogo cette fois.

Lancé le 13 octobre 2014 sur la plate-forme de financement participatif Kickstarter, le projet Anonabox avait suscité un très grand enthousiasme avant d’être stoppé net dans son élan. Le très controversé August Germar, créateur du projet, n’a pour autant pas dit son dernier mot et a même lancé le 8 novembre une nouvelle campagne de financement, via Indiegogo cette fois-ci (le boîtier y est proposé à 51 dollars avec une livraison pour début 2015).

Il n’aura fallu que 2 jours pour que l’objectif de 13 370 dollars soit atteint. A l’heure actuelle, le projet a même récolté 18 906 dollars, soit 141% de l’objectif initial.

Pour mémoire, le projet Anonabox se présente sous la forme d’un petit routeur dont la vocation est de rendre anonyme le trafic qu’il prend en charge. Dans un encombrement minimum (6,1 cm x 4,3 cm x 1,3 cm) et donc très discret, il évolue sous une version du système d’exploitation OpenWRT et embarque un SoC MIPS (MediaTek MT6720n) avec processeur cadencé jusqu’à 580 MHz et seulement 64 Mo de mémoire. Un appareil dont la caractéristique est d’être très simple d’usage. L’utilisateur n’a qu’à le connecter derrière une box. Il fait alors automatiquement transiter par Tor le trafic capté (via l’un de ses deux ports Ethernet ou en Wi-Fi).

Mais Kickstarter a coupé court au projet sur fond de polémique. Le sulfureux porteur du projet avait visiblement menti sur plusieurs points névralgiques. En l’espèce, la carte “faite maison” du boîtier s’avérait être tout bonnement une vulgaire carte achetée pour moins de 20 dollars via un magasin en ligne chinois (un modèle très similaire avait notamment été repéré sur le magasin en ligne Aliexpress d’Alibaba). La promesse de l’open source n’était par ailleurs pas tenue et certaines photos de promotion n’étaient que des photomontages. Cerise sur le gâteau, l’Anonabox n’apportait pas la sécurisation escomptée, des backdoors dans le logiciel ayant notamment été repérés.

Mais tout est maintenant réglé à l’heure où le projet suscite à nouveau un grand intérêt. C’est du moins ce que prétend August Germar, qui indique que le boîtier en est déjà à sa cinquième version, une manière de dire qu’il a beaucoup évolué et a désormais gommé les problèmes.

Le routeur évoluera toujours sous l’OS OpenWRT et bénéficiera de la toute dernière version de Tor, le support de la communauté de Tor étant même annoncé. Runa Sandvik, ancienne chef de file de Tor, ne mâche toutefois pas ses mots au sujet d’August Germar qualifié de menteur via son compte Twitter (@runasand) : « Germar fait à nouveau de fausses déclarations.

Malgré la polémique naissante, Anonabox illustre bien l’intérêt de nombreux internautes pour ce genre de service. On notera par ailleurs que, parallèlement, Tor a peut-être montré ses limites suite à une opération policière d’envergure internationale aboutissant à la fermeture de 414 sites Web exploitant ce réseau décentralisé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur