Lars Hinrichs (Xing) : “Nous nous sentons très proche de la France”

Cloud

Le service de social networking, d’origine allemand, se montre très dynamique en Europe et confiant dans son modèle économique. Interview.

Méconnue en France, la plate-forme allemande Xing.com, ex-OpenBC, est pourtant un acteur à prendre en considération dans l’univers des réseaux sociaux européens. Avec une consonnance BtoB confirmée…Sur la lignée d’un acteur français comme Viadeo par exemple.

Fin février, la société Xing.com a annoncé avoir dépassé la barre des 400 000 abonnés payants Premium. Une performance remarquable pour cette société qui a été introduite en Bourse en décembre 2006 à la Bourse de Francfort (qui, du coup, se considère comme la première société Web 2.0 ayant ouvert son capital au marché).

Après un rendez-vous de visu raté au CeBIT de Hanovre, Lars Hinrichs, CEO de Xing.com, a accepté de répondre à quelques questions par e-mail. C’est moins vivant mais c’est pleins d’infos. Alors, pourquoi s’en priver ?

Vnunet.fr : Quelle est votre vision du réseautage social en Europe ?
Lars Hinrichs :
À l’avenir encore, l’importance des réseaux va augmenter pour la réussite professionnelle et commerciale. Le monde du travail a fortement évolué en raison de la mondialisation : travailler toute sa vie dans une seule et même entreprise, cela fait partie du passé. À l’heure actuelle, les personnes actives changent de poste régulièrement au bout de quelques années ou travaillent pour plusieurs employeurs : la flexibilité et la mobilité sont de mise. Plus le monde des affaires s’étend, plus il se décentralise, plus le capital social sous forme de contacts personnels accroît son importance. Cette évolution est de l’intérêt de Xing. Les réseaux sociaux sont, primairement, indépendants des âges et portés par le contexte. Il existe cependant une nette différenciation : nous constatons que les membres de tels réseaux ne souhaitent pas mêler les aspects professionnels et privés, comme c’est le cas chez d’autres fournisseurs, et qu’ils préfèrent les séparer. Une tendance supplémentaire se dégage en direction du réseautage mobile : la disponibilité des informations issues de réseaux tels que Xing sera de plus en plus mobile. Xing est ici d’ailleurs le numéro 1 de l’innovation : l’an passé, nous avons entièrement remanié notre portail mobile et lancé, en novembre 2007, une version mobile du site de Xing spécialement adaptée à l’iPhone. Par ailleurs, nous sommes partenaire de T-Mobile depuis fin 2007 et coopérons depuis peu avec Yahoo afin d’offrir aux utilisateurs un accès mobile aux contenus Xing.

Vnunet.fr : Dans la stratégie globale de Xing, quelle importance accordez-vous au marché français ?
Lars Hinrichs :
Nos quartiers généraux se trouvant en Allemagne, la France est un voisin direct dont nous nous sentons très proches. Dès les débuts, la plate-forme XING a également été proposée en français pour la simple et bonne raison qu’il nous semble évident que les relations professionnelles sont avant tout gérées dans sa langue maternelle. Pouvoir communiquer dans sa propre langue simplifie considérablement le réseautage via notre plate-forme de même que la prise de contact et la négociation d’affaires. Nous proposons à nos membres francophones un support technique en français. Par ailleurs, des “ambassadeurs” Xing officiels oeuvrent pour nous à Paris afin d’assurer, sur place, le suivi de la communauté locale et d’organiser de nos événements.

(lire la fin de l’interview page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur