L’ART met en demeure France Télécom

Mobilité
Information - news

France Télécom s’est encore fait tirer l’oreille par l’ART qui met en demeure l’opérateur historique de fournir toutes les informations techniques nécessaires à l’accès de la boucle locale par les futurs concurrents. Les opérateurs privés obtiennent donc gain de cause mais France Télécom gagne encore un peu de temps.

Décidément, concurrence doit être un mot absent du vocabulaire de France Télécom. Celui-ci refusait, visiblement, de fournir toutes les informations techniques permettant aux opérateurs tiers d’accéder à la boucle locale, dernier maillon pour se raccorder à la paire de cuivre de l’abonné. Ces informations portent notamment sur la liste complète des répartiteurs ainsi que celle de leur commutateur de rattachement.

L’ART répond aux demandes des opérateurs privés

L’ART (Autorité de régulation des télécommunications) a donc estimé que “France Télécom n’a pas respecté l’obligation de fourniture des informations nécessaires à la mise en oeuvre de l’accès à la boucle locale” et met en demeure l’opérateur historique de s’y conformer. Une décision qui répond ainsi favorablement aux courriers envoyés en novembre dernier par l’Afopt et l’Aost, associations regroupant les opérateurs privés, ainsi qu’aux sociétés IS Productions et LDCom réclamant l’accès à ces informations indispensables pour le déploiement des structures de raccordement.

L’ART a donc demandé à l’opérateur irrévérencieux de fournir ces informations au plus tard le 2 janvier 2001 pour les dix plus grandes agglomérations françaises, le 1er février pour les vingt plus grandes villes et le 1er mars pour le reste des communes. Ce qui rallonge jusqu’à deux mois l’installation de services concurrents par rapport à la date initialement prévue du 1er janvier 2001. C’est toujours ça de gagné pour l’opérateur historique.

Pour en savoir plus :

La décision de l’ART


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur