L’e-Book débarque en France à la rentrée

Mobilité

Le livre électronique a incontestablement été l’une des principales attractions du Salon du livre. L’occasion pour nous de faire le point sur un phénomène que SVM vous dévoilait déjà en septembre dernier.

Le salon du livre de la porte de Versailles à Paris ferme ses portes demain. Outre les traditionnels éditeurs, un nouvel invité a fait un tabac, le livre électronique bien sûr. A l’initiative de la librairie en ligne “00h00” (prononcez zéro heure), le “Village e-Book” attire un grand nombre de curieux autour de tous les modèles actuellement disponibles ou encore à l’état de prototypes. C’est ainsi que le grand public pouvait découvrir pour la première fois le seul e-Book français de la société Cytale. Il devrait être disponible à la rentrée pour un prix compris entre 3&500 et 4 000 francs.D’un concept assez proche de celui de l’américain Softbook, le Cytale est d’une taille proche d’une page A4 et doté d’un écran couleur tactile. Deux boutons sur la tranche servent à “tourner” les pages et quatre autres permettent de piloter les différentes fonctions intégrées et notamment le butineur Internet. C’est d’ailleurs là que se situe la plus grande originalité du Cytale. Entièrement autonome grâce à son modem intégré, il n’est absolument pas prévu pour se brancher à un PC. Le lecteur se connectera directement au site de Cytale pour deux opérations essentielles : acheter en ligne des livres dans la “e-librairie” de Cytale et ranger ses ouvrages sur les rayonnages de sa “e-bibliothèque” personnelle. Ce qui signifie que, dans un premier temps tout du moins, la Cytale sera intimement lié au site Web de son inventeur…Martin Eberhard, Pdg de Nuvomedia et pionnier du livre électronique avec le Rocket eBook, était lui aussi présent. Un peu à contre-courant du discours général, il n’est guère convaincu par cette course aux écrans couleurs. “Pour le moment, il est impossible de fabriquer un produit léger, très lisible et peu cher en utilisant un écran couleur. De plus, à bien y regarder, le fond d’écran blanc d’un écran couleur est plutôt fatigant à l’oeil puisqu’il est par définition composé de pixels rouge, vert et bleu (les couleurs primaires, ndlr)” . Autant de raisons qui ont poussé Nuvomedia à baser le Rocket eBook sur un écran noir et blanc. “Mais d’une résolution suffisamment haute pour offrir un confort de lecture suffisant”. Ce qui n’empêche pas Martin Eberhard de prévoir un modèle avec écran couleur pour des écrits, autres que des romans, qui nécessitent l’affichage de photos par exemple. Mais il ne sera peut-être pas signé Nuvomedia. Cette société et son concurrent Softbook se sont fait racheter il y a quelques mois par Gemstar, un géant américain qui détient quasiment un monopole aux Etats-Unis sur le marché des programmes télé avec TV Guide.Microsoft était aussi présent dans le Village eBook. Très impliqué dans le développement du livre électronique, la société de Bill Gates est notamment promoteur d’une technologie d’amélioration du confort de lecture, appelée Cleartype, qui s’appuie obligatoirement sur un affichage couleur. Adobe, qui a récemment dévoilé sa stratégie “e-Paper” (voir édition du 13 mars 2000), maîtrise une technologie similaire appelée Cooltype. Au delà du confort de lecture, Microsoft mène une campagne bien différente de celle des autres acteurs du livre électronique. Pour l’éditeur de Redmond, un livre électronique ressemble plutôt à un Tablet PC, c’est-à-dire un PC sans clavier sous forme de tablette qui remplirait, entre autres, le rôle de livre électronique. Mais qui saurait aussi prendre des rendez-vous, lire des fichiers musicaux MP3, prendre des notes vocales ou écrites à l’aide d’un stylet… Une approche un peu trop informatique peut-être… Pour en savoir plus : * Le Dossier SVM sur le livre électronique* La librairie 00h00 * Rocket eBook * Cytale


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur