Le cycle de vie des produits Apple pour les nuls

Mobilité

Rumeurs, annonces, présentation sur-médiatisée, pré-commandes, retards, apparition dans les rayons, explosion des ventes, critiques, dérapages médiatiques, concurrence acharnée, spéculations sur eBay… Le cycle de vie d’un produit Apple s’approche plus du parcours du combattant que du long fleuve tranquille.

Un obscur fabricant d’Asie du sud-est annonce une commande importante pour un de ses composants électroniques de haute technologie qui pourrait être utilisé dans un gadget numérique hors de prix. Un technophile le lit et place le lien dans un forum sur Internet. Les sites de rumeur Mac le repère et l’étoffe en citant des sources sûres à Cupertino et de prétendus “experts”. La spéculation devient un fait. Apple, pressée par les media, répond par son habituel : “Nous ne commentons pas sur de possibles futurs produits”. Les aficionados sont sûrs qu’ils ont levé un lièvre. Les commentaires tournent autour du prix du produit, de sa compatibilité avec Windows ou avec des Mac de plus de 5 ans. L’Apple Expo n’est pas loin : les sites de rumeurs publient des informations contradictoires toutes les heures. Le site d’enchères eBay se retrouve submergé par des produits Apple obsolète, alors que les gens tentent d’augmenter désespérément leurs disponibilités financières en vue du probable futur produit. Le matin de la Keynote de Steve Jobs, le site d’Apple est freiné par le nombre de navigateurs programmés pour rafraîchir la page d’accueil toutes les quinze secondes. Lors de sa présentation, Jobs passe une demi-heure à présenter les derniers résultats de l’iPod et le nombre d’applications portées sur Mac OS X. L’assistance écoute muette mais impatiente. Sur le Web, des dizaines de milliers d’internautes suivent la présentation en direct. Puis Jobs présente le nouveau produit : une ligne épurée, une taille réduite, mais avec moins de la moitié des fonctionnalités utiles attendues. Jobs annonce une disponibilité immédiate.

Moins puissant qu’une machine à laver

Dans les minutes qui suivent, le nouveau produit apparaît sur le magasin en ligne d’Apple. L’estimation du délai de livraison pour les commandes passées s’avère de 4 semaines. L’Apple Store prend 50 000 commandes dans les premières 24 heures. En ligne, les commentaires vont bon train : le produit s’avère moins puissant qu’une machine à laver pour certains. Pour les fans, il est plus utile qu’un couteau suisse. Le magazine américain Wired publie des interviews exclusives de l’équipe de design du produit. Fortune de son côté élit Steve Jobs l’esprit le plus visionnaire de tous les temps. Newsweek déclare que le produit ne doit pas être absent de la garde-robe du technophile urbain. Tous les articles sont écrits avant même que quelqu’un en dehors de Cupertino n’ait pu avoir le gadget entre les mains. Finalement un article d’un magazine économique indique qu’à moins qu’Apple ne lance une version compatible Windows, la firme est sûre de disparaître dans les 6 mois.

Le matin du jour de livraison prévu initialement, Apple repousse de quatre semaines la disponibilité de son produit. Les premiers clients enragent. Les sites de rumeur développent les théories les plus abracadabrantes sur les raisons du retard, allant de la dissipation thermique à la grippe aviaire. L’éventualité d’un mensonge d’Apple au lancement du produit n’est pas même évoquée. Les analystes financiers se ruent sur l’information et déclarent – alors que trois semaines plus tôt ils relevaient leurs objectifs de cours sur le titre – que la firme pourrait mettre la clé sous la porte dans les deux semaines. Le jour où les premières livraisons sont prévues, les magasins Apple reçoivent d’importants stocks du produit. Les clients annulent leurs commandes en ligne pour se ruer dans les longues files d’attentes qui se constituent devant les échoppes de la firme. Quelques exemplaires du nouveau produit apparaissent sur eBay et s’arrachent à des prix déraisonnables. Apple annonce avoir pris plus de 100 000 commandes et livré au moins 8 ou 9 douzaines d’exemplaires du produit. Les analystes financiers annoncent que le nouveau gadget d’Apple fera augmenter ses revenus à des niveaux historiques, et qu’il pourrait bien retourner la tendance de déclin de ses parts de marché.

Un problème mineur de fonctionnement apparaissant rarement sur le produit, provoque des échanges de critiques sur le forum de support de la société. D’éventuelles poursuites en justice sont évoquées. Dell, Sony et Microsoft annoncent l’arrivée imminente d’un produit concurrent destiné à supplanter le produit d’Apple. La firme à la Pomme publie une mise à jour pour le produit, puis la retire en toute hâte. Les quelques personnes qui l’utilisent s’aperçoivent qu’ils perdent leurs données et que le produit plante désormais irrémédiablement. Quelques jours plus tard, la mise à jour corrigée réapparaît sur les sites de téléchargement d’Apple, sans aucun commentaire ni aucune excuse. Les mois passent et des produits concurrents sont dévoilés. Ils sont 100 euros moins chers et ne sont compatibles qu’avec Windows. La presse annonce la fin de la domination du gadget d’Apple. Les analystes financiers refont leur apparition pour déclarer qu’il est impossible de concurrencer la compétition basée sur Windows. Le titre de l’entreprise perd de la valeur. Les consommateurs s’aperçoivent que l’appareil concurrent contient un verrou électronique qui empêche son fonctionnement s’il n’est pas utilisé avec un abonnement de 10 euros par mois. Au même moment, un obscur fabricant d’Asie du sud-est annonce une commande importante pour un composant électronique de haute technologie qui pourrait faire partie d’un gadget numérique hors de prix? Le début du cycle de vie d’un nouveau produit Apple ?

Texte librement inspiré du blog (Misterbg).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur