Le dessin vectoriel à la conquête du Web

Cloud
Information - news

Des chercheurs australiens diffusent un utilitaire d’affichage de dessins et de graphiques au format SVG. Placé sous licence libre, il devrait contribuer à populariser le format graphique défini par le W3C en février dernier.

Les photographies numérisées ne souffrent pas l’agrandissement. Au-delà d’un certain coefficient, les points apparaissent et empêchent de visualiser les détails des images. Curieusement, aucun format vectoriel n’a réussi jusque là à percer sur Internet. Pourtant ces dessins “au trait” offrent de nombreux avantages sur les images “au point”. Chaque objet est non plus défini par une série de points, mais par un ensemble de paramètres qui le décrivent. Ainsi, un segment sera vu comme deux points et un code “segment”. Une technique vectorielle qui allège considérablement le poids des documents dessinés au trait tout en permettant un agrandissement à l’infini sans dégradation de l’image.

Sur Internet, de nombreuses images proviennent de logiciels de dessin vectoriel. Mais faute de format normalisé, elles doivent être converties dans l’un ou l’autre des deux formats d’images reconnu par les navigateurs Internet, le Gif et le Jpeg. Le consortium W3C, qui préside aux destinées de la Toile, a défini en février dernier le format SVG, inspiré de la norme XML. Les chercheurs du CSIRO, un équivalent australien de notre CNRS, diffusent désormais un module de visualisation qui permet d’afficher les fichiers SVG dans le navigateur, en attendant que ces derniers soient capables de le faire directement.

Le SVG Viewer du CSIRO s’appuie sur le module Java 1.2 de Sun. Il est également disponible sous forme de code source qui permet aux programmeurs de l’adapter à leurs besoins.

SVG Viewer


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur