Le G5 freiné par le compilateur GCC

Mobilité

Dur démarrage pour le PowerMac G5 : à peine présenté, ses performances étaient remises en question par les utilisateurs de PC. Point de discorde : le compilateur GCC utilisé comme base de comparaison entre Mac et PC.

Le lancement du PowerMac G5, fonctionnant sur processeur PowerPC 970, a déchaîné une tempête sur la plupart des forums de discussion de l’Internet (voir édition du 25 juin 2003). Au coeur de la discorde, l’utilisation par la firme Veritest d’un compilateur (voir encadré) moins performant que ceux qu’Intel utilise habituellement pour jauger les processeurs de PC. En lieu et place, la société chargée du comparatif a utilisé un compilateur “ouvert” et disponible sur les deux plates-formes, GCC 3.3. Depuis, les benchmarks réalisés à partir d’applications réelles n’ont pas manqué, à commencer par celui d’un employé de la NASA (voir édition du 4 juillet 2003). Les premières conclusions ont permis de vérifier que le G5 est en moyenne 32 % plus performant qu’un Pentium 4 sur les opérations en virgule flottante. Selon les calculs effectués, le Pentium devance toutefois le G5 sur les nombres entiers. Les autres comparaisons réalisées avec Xbench , après les premières livraisons de PowerMac, ont confirmé les premières impressions et rassuré la communauté d’utilisateurs. Pour donner un ordre de comparaison : le G5 monoprocesseur (1,6 GHz) est presque aussi rapide qu’un PowerMac G4 biprocesseur à 1,25 GHz. La machine tournant à 1,8 GHz fournit des résultats supérieurs à un PowerMac G4 biprocesseur 1,42 GHz. Enfin, le PowerMac G5 biprocesseur 2 GHz est de 57 à 89 % plus rapide que le PowerMac G4 biprocesseur 1,42 GHz !

Mais les compilateurs GCC 3.1 et 3.3, qui font pourtant fonctionner les versions de Mac OS X testées, pourraient freiner les performances des Mac ! Apple travaillerait ainsi d’arrache-pied à l’amélioration de la version 3.3. D’aucuns considèrent que GCC est de toute façon mal taillé, même sur PC ! Conçu par la communauté des développeurs, le compilateur fait l’objet de contributions venant du monde entier, sans compter les efforts d’optimisation d’Apple et d’IBM, qui se poursuivraient à l’heure actuelle. Pour Panther (voir édition du 10 septembre 2003), GCC 3.3 améliore considérablement l’optimisation du code, en particulier du code AltiVec, qui permet notamment d’obtenir de très bons résultats en virgule flottante. Même s’il est en Open source, GCC devrait donc être conservé par Apple. Il n’est pourtant pas le meilleur compilateur pour Mac OS X. IBM vient de livrer les siens : XLF et XLC. Les aficionados se sont rués sur la bêta pour évaluer la différence avec GCC, et elle est de taille : sur un G4, la différence est déjà de 17 % en moyenne. Selon un participant aux forums d’Ars Technica, elle pourrait atteindre 58 % sur des opérations en virgule flottante avec un G5 biprocesseur ! Rien de très scientifique derrière ces premiers résultats, mais une confirmation : le compilateur influe fortement sur les performances des Mac. Qu’Apple en change, ou améliore radicalement GCC, et même d’anciens Mac pourraient gagner en performances de façon substantielle. Mais la mise à disposition des bêtas d’IBM montre également son engagement derrière le PowerPC 970. Avec ces compilateurs, les éditeurs de versions de Linux vont pouvoir s’en donner à coeur joie ! Et peut-être attirer de nouveaux utilisateurs sur Mac ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur