L’e-learning n’exclut pas l’accompagnement des candidats

Mobilité

La salle de classe, qu’elle soit réservée à des étudiants ou à des employés d’entreprises désireux de se perfectionner dans une discipline, connaît depuis peu un concurrent sérieux au travers de la formation à distance dispensée par ordinateur appelé e-learning. Toutefois, si les prévisions sont très optimistes, la mise en place réelle de l’e-learning en entreprise est encore embryonnaire. Entre obstacles techniques, manque de contenus adaptés et une absence de savoir-faire des entreprises, l’e-learning a déjà ses détracteurs. D’autant que le secteur, pourtant naissant, enregistre déjà un certain nombres d’échecs en France comme ailleurs. François Bayard, Pdg d’iProgress, éditeur de contenu pour solution e-learning nous livre sa vision du marché.

VNUnet : Comment évolue le marché de l’e-learning ?François Bayard :

On est passé d’une phase de concepts, d’études très optimistes, peut-être trop même, à une phase où les entreprises commencent à s’intéresser sérieusement à l’e-learning. Seulement, nous sommes encore loin de la phase de maturité où les entreprises mettent en place de façon concrète leur solution de formation à distance. Le marché n’est pas encore mûr. Ce qui d’une certaine façon nous a incité à développer, notre propre plate-forme technique.VNUnet : Quel votre coeur de marché ?François Bayard :

Notre coeur de métier est clairement portée sur le contenu. Nous ciblons tout ce qui se rapporte à la formation des utilisateurs. C’est-à-dire que nous proposons une formation sur tout ce qui touche à l’utilisation du poste de travail. C’est en fait une trois composantes de l’e-learning qui comprend aussi les domaines des langues, du management ainsi que la formation des informaticiens.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur