L’e-mail/SMS de Hotmail retardé

Cloud

Voulant pousser un peu plus loin son concept d’alerte, Microsoft comptait lancer début 2002 en Europe un service permettant de recevoir certains de ses courriers Hotmail directement sur son mobile, sous forme de SMS. Oui mais, il n’est pas possible de faire payer le destinataire d’un SMS…

Une dépêche de Reuters nous apprend que Microsoft se voit contraint de repousser le lancement d’un service de renvoi d’e-mails reçus sur une boîte Hotmail vers un téléphone mobile via SMS. Le problème ? La plupart des opérateurs mobiles ne sont pas capables de facturer un SMS au destinataire plutôt qu’à l’envoyeur. Le service ne pourra ouvrir, début 2002, qu’au Danemark et en Suisse, pays dans lesquels le service a été testé avec succès. Ces heureux Européens pourront donc filtrer leur courrier Hotmail pour que certains messages (en provenance d’une personne en particulier, par exemple) leur soient délivrés sur leur téléphone. Les autres pays d’Europe (c’est l’endroit du monde où le SMS est le plus utilisé) ne seront concernés que plus tard dans l’année, assure Microsoft.

Reste tout de même un problème. Si on peut comprendre l’intérêt d’un tel service pour être, par exemple, prévenu au plus tôt de l’arrivée d’un e-mail important, cela fait tout de même cher pour recevoir un courrier électronique (1 franc hors forfait en France), qui plus est coupé en petits bouts puisque – faut-il le rappeler – un SMS ne peut contenir plus de 160 caractères. La prochaine génération de mobiles, basés sur le réseau GPRS, est certainement plus adaptée pour recevoir ce genre d’alerte, l’appareil étant connecté en permanence. Seulement, il y a un hic : le déploiement du GPRS prend justement du retard à cause du SMS, générateur de gros revenus pour les opérateurs mobiles (voir édition du 13 décembre 2001). On tourne en rond.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur