Le micro-paiement par la Caisse d’Epargne

Mobilité

L’Ecureuil continue de croire à sa propre solution de paiement électronique sécurisé. La banque annonce de nouveaux clients, mais surtout la création d’un porte-monnaie virtuel qui devrait permettre de baisser les commissions versées à la banque lors de petits achats.

Au moment de l’annonce d’iPin de s’allier avec France Télécom afin de proposer à un plus large public sa solution de paiement (voir édition du 6 octobre 2000) et un mois après le lancement d’Odysseo par Blue Line (voir édition du 20 septembre 2000), la Caisse d’Epargne rappelle qu’elle a aussi mis en place, depuis janvier 2000, une solution de paiement sécurisé. La banque annonce en effet 220 commerçants dont des sociétés comme Avis, Leclerc ou encore Dreamcast.

SP Plus, l’offre de la Caisse d’Epargne, remplace le site marchand au moment du paiement en ligne. Le processus de paiement est ainsi géré par les centres informatiques de la Caisse d’Epargne. Les données du clients ne sont ainsi plus transmises au marchand, mais au serveur de la banque. Lorsque l’internaute opte pour le paiement en ligne sur un site équipé SP Plus, il est redirigé automatiquement sur une page protégée par la Caisse d’Epargne. Les informations bancaires et les choix de paiement utilisés sont cryptés et envoyés directement aux ordinateurs de la Caisse d’Epargne. L’offre présente un double avantage : les données personnelles des clients sont a priori plus en sécurité sur un serveur de banque que sur un site de commerce électronique. Le deuxième avantage est pour le commerçant : en effet, la banque peut vérifier si l’utilisateur de la carte de crédit est solvable. Un e-mail est alors envoyé au commerçant et au cyber-consommateur afin de les prévenir de l’issue de l’opération.

La Caisse d’Epargne propose divers modes de paiement : au comptant, avec acompte, à la livraison, en trois fois sans frais et à crédit. Mais elle n’a pas encore de solution pour les micro-paiements. Les sites doivent en effet verser à la banque 2,50 francs par transaction quel que soit le montant de l’achat. Autrement dit, pour les petits montants, la solution de la Caisse d’Epargne peut s’avérer onéreuse. La banque annonce dès lors qu’elle lancera pour le premier trimestre 2001 un porte-monnaie virtuel qui devrait soulager les sites, et les acheteurs, pour ce qui concerne les petits achats.

Pour en savoir plus :

Le site de la Caisse d’Epargne


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur