Le PowerMac G5 devient supercalculateur

Mobilité

C’est confirmé : l’Institut Polytechnique de Virginie prépare un cluster ? un assemblage d’ordinateurs – composé de 1 100 PowerMac G5. De quoi doter cette université d’une des plus importantes puissances de calcul au monde.

Le G5 n’arrive qu’au compte-goutte auprès des 100 000 clients ayant déjà passé commande. “Les premières unités sont envoyées en priorité dans l’enseignement pour répondre aux impératifs du calendrier de rentrée scolaire”, souligne de son côté un e-mail qu’Apple a adressé à certains utilisateurs en attente du G5 biprocesseur (voir édition du 25 juin 2003). Au premier rang des établissements servis, le Virginia Tech College (l’Université et Institut Polytechnique de Virginie), qui prépare depuis de longs mois un cluster d’ordinateurs basé justement sur le PowerMac G5. Aucune information technique précise n’a filtré concernant cet assemblage d’ordinateurs, si ce n’est qu’il sera composé de 1 100 PowerMac G5 biprocesseurs, permettant de développer quelque 4 400 GHz. Le plus important reste la puissance de calcul maximale, estimée à 13 ou 14 téraflops, que l’université entend atteindre rapidement. Une jolie publicité pour Apple qui participe depuis plusieurs mois à la préparation de ses G5 pour cette mise en cluster.

Un monstre de près de 20 tonnes

D’un poids total de 19,6 tonnes, les 1 100 PowerMac seront interconnectés grâce à un attirail fourni par Mellanox Technologies. La jeune start-up, fondée en 1999, doit fournir les semi-conducteurs Infiniband (voir édition du 24 décembre 2002) qui permettent d’atteindre des vitesses de 10 gigabits par seconde (jusqu’à 850 Mo/s par voie) par le biais d’une carte additionnelle deux voies, implantée sur un des ports PCI-X 64 bits du PowerMac. Le cluster de G5 pourra évoluer et profiter à terme de vitesses de 30 Gbits/s par simple mise à jour des firmwares utilisés. Les produits de Mellanox sont également compatibles 64 bits et le futur système d’exploitation d’Apple, qui n’est pas espéré avant fin 2004, pourra en tirer parti. Mais dans un premier temps, le superordinateur ne tournera qu’en 32 bits. Mellanox fournira au total 44 térabits de bande passante, grâce à 24 switches de 96 ports chacun. Ce cluster de 1 100 noeuds est la première réalisation du genre pour Mellanox, même si la société participe en parallèle à un autre assemblage de 256 noeuds pour le laboratoire de Los Alamos.

La vitesse de transmission des informations entre les G5 s’avère primordiale : le PowerMac G5 et Mac OS X ont été retenus pour la capacité du micronoyau du système d’exploitation d’Apple à échanger des informations à très haute vitesse. Quant au processeur, outre sa large bande passante qui intéresse les chercheurs (1 Ghz sur le PowerMac biprocesseur), il ne manque pas d’arguments : sa capacité à traiter les informations en 32 et 64 bits, la possibilité d’utiliser jusqu’à 8 Go par PowerMac (le cluster peut disposer au maximum de 8,8 téraoctets de mémoire) et enfin son unité de calcul AltiVec en font un monstre de calcul. Au point que son refroidissement ne pourra être assuré par les 9 900 ventilateurs internes des machines ! La société Liebert fournit force ventilateurs et extracteurs d’air chaud complémentaires pour préserver la température du cluster. L’Université doit dépenser à l’achat 5 millions de dollars (4,6 millions d’euros) et prévoit de dépenser encore 5,2 millions de dollars dans les cinq années à venir. Sans même parler d’augmenter la mémoire vive : Virginia Tech a reçu des offres de prix en juillet dernier pour un montant moyen de près de 4 millions de dollars ! “Le prix total est probablement 10 fois moins élevé qu’une machine de même catégorie il y a quelques années”, a précisé toutefois le doyen de l’université.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur