Le SDMI programme la mort à petit feu du MP3

Cloud

Le consortium Secure Digital Music Initiative indique qu’une centaine de maisons de disques, éditeurs de logiciels et fabricants d’électronique grand public ont adopté ses spécifications pour la lecture et le téléchargement sécurisé de musique sur Internet.

Lors d’une rencontre tenue du 23 au 25 juin à Los Angeles, plus d’une centaine d’industriel réunis dans le consortium SDMI ont adopté les spécifications techniques des prochains baladeurs numériques. Alors que le format MP3 -largement répandu et donc soutenu par plusieurs fabricants de baladeurs dont le pionnier Rio- n’empêche pas la copie illicite et de bonne qualité sonore d’une chanson téléchargée, le SDMI prône la diffusion de nouveaux standards cryptés pour faire barrière au piratage. Il prévoit deux étapes technologiques, sans préciser de calendrier, qui permettront aux différents formats de cohabiter. Durant la phase I, qui vient de démarrer, tous les baladeurs continueront de lire des fichiers cryptés ou non. La phase II correspond au moment où une technologie peu ou prou universelle permettra de reconnaître et lire les fichiers protégés contre la copie. Les baladeurs dotés de cette technologie ne pourront donc plus lire les copies pirates, et devraient commencer à freiner la diffusion de fichiers MP3 illégaux.

Le texte complet des spécifications sera voté et publié lors des journées des 7 et 8 juillet. Cette étape importante pour l’industrie du disque répond aux demandes pressantes de plusieurs compagnies (EMI, Warner, Sony) inquiètes de voir leurs titres diffusés gratuitement sur Internet. Cela étant, plusieurs fabricants ont déjà commencé à développer des baladeurs intégrant le cryptage.

Pour en savoir plus :

* http://www.sdmi.org (US).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur