Le trafic Internet sera confronté à une véritable explosion d’ici 2015

Cloud

Cisco a dévoilé ses prévisions liées à la croissance du trafic Internet mondial. Les chiffres donnent le vertige, puisque d’ici 2015, le trafic Internet aura été multiplié par 4, et flirtera avec le Zettaoctet.

Capter pour mesurer et mesurer pour poser les bases de prévisions du trafic Internet mondial, c’est tout le travail que Cisco a réalisé via le Cisco Visual Networking Index. Ces données sont mises à disposition du grand public sur le site de Cisco VNI.

Les prévisions sont détaillées et courent jusqu’en 2015. La croissance du trafic internet est jalonnée de chiffres clefs qui permettent de comprendre les tenants et les aboutissants des usages globaux, le tout par continent.

Avant toutes choses, il convient de définir les unités de mesure qui permettent de chiffrer ce trafic. Un Exaoctet (Eo) représente un milliard de Gigaoctets (Go) et c’est l’unité de mesure pour quantifier le trafic internet jusqu’en 2015, puisqu’on atteindra alors quasiment le Zattaoctet (mille Exaoctets) : 0.966Eo exactement alors qu’il passera de 242 Eo en 2010 à 337 Eo en 2011.

Cette croissance est à mettre en parallèle avec la multiplication des moyens permettant d’accéder à Internet. Dès cette année, le nombre d’appareils pouvant se connecter au Web égalera celui de la population mondiale en 2011 et il sera deux fois plus important que la population mondiale en 2015 avec 15 milliards d’appareils pour 3 milliards de personnes ayant accès à Internet.

Les usages évoluent également : en 2014, un cinquième du trafic sera généré par d’autres appareils que les ordinateurs et en 2015, le trafic Internet sera réalisé majoritairement par des appareils connectés sans fil.

La multiplication des appareils connectés va avec l’augmentation du débit. Sa courbe épouse parfaitement celle du trafic avec un débit moyen qui passe de 7 Mb/s actuellement à 28 Mb/s à l’horizon 2015. Trois chiffres qui coexistent et s’équilibrent : les moyens (débit et nombre d’appareils connectés) permettent une telle croissance alors que c’est le contenu qui la nécessite.

Le moteur est donc régi par un contenu organiquement plus demandeur en trafic puisque c’est la vidéo qui se taillera de en plus la part du lion dans le trafic internet.

En 2010, elle dépassait le trafic en P2P (partage de fichiers d’ordinateur à ordinateur) et elle atteindra 50% du trafic dès 2012.

On retiendra également que l’Amérique du Nord talonnée par l’Europe restent les plaques tournantes du trafic mondial. Mais la croissance du trafic est ailleurs, avec un chiffre de 50% entre 2010 et 2015 pour l’Amérique du Sud suivie de très près par l’Afrique et le Moyen-Orient.

Enfin et surtout, on notera que s’il parait évident qu’une évolution des moyens en place aura lieu (croissance de la fibre optique et mise en place de la 4G LTE), l’essence même du trafic nécessitera des évolutions technologiques. En effet, la consommation de vidéo en streaming (18% en 2015) sur le Net n’ira pas sans poser de problèmes puisque la progression des vidéos en temps réel ira croissante.

Les chiffres de Cisco donnent une photographie de moyennes glissées (sur un mois ou un an) mais ne témoignent pas du trafic en temps réel. Ainsi, les valeurs pics dépasseront de plus en plus celles des moyennes.

Les réseaux qu’ils soient optiques, filaires ou bien sans fil devront être capables d’absorber ces variations de trafic avec des valeurs crêtes substantielles : un challenge pour les équipementiers en réseaux filaires et sans-fil.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur