Le W3C mise sur le dessin vectoriel

Mobilité

Le World Wide Web consortium s’oriente vers le format graphique à base de dessin vectoriel SVG, afin de faciliter le transfert des images sur le Web.

A quoi ressemblera le prochain standard des images et autres graphismes qui colorent le Web ? Pour le W3C (World Wide Web consortium), la réponse réside dans le dessin vectoriel. Quatre formats étaient en lice pour prétendre au titre de futur standard de fichier graphique, qui doit se révéler à la fois efficace mais pas trop volumineux (pour être facilement téléchargeable). Les noms des prétendants : Web Schematics, PGML, VML et DrawML. Finalement, le consortium vient d’éditer un document de travail sur le nouveau format SVG qui regroupe bon nombre de fonctions de ses rivaux. Un appel à commentaire auprès du public a par ailleurs été lancé.

Le Scalable Vector Graphics est le premier standard graphique écrit en langage XML. Mais surtout, comme on l’a dit, il repose sur le dessin vectoriel. Au lieu de définir une image par une énorme quantité de points lumineux (format bitmap), le dessin vectoriel utilise des objets mathématiques comme un point de départ, d’arrivée, un angle, une forme (cercle, carré). Résultat, ses fichiers occupent une taille réduite, peuvent être agrandis sans perte de résolution et sont plus faciles à animer. S’il devient standard, le SVG permettra à terme la recherche de graphismes avec un moteur de recherche. Il sera compatible avec les feuilles de styles, plus rapide à télécharger, intègrera la navigation adaptée aux malvoyants, et devrait permettre des impressions sur papier fidèles à l’original.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur