L’Education nationale et l’Enseignement supérieur veulent garder un oeil sur le Net

Mobilité

Les deux ministères veulent mettre en place une veille Internet pour mieux repérer “les leaders d’opinion”.

C’est le nouveau credo de Xavier Darcos et Valérie Pécresse : toujours garder un oeil sur Internet, ses forums et ses blogueurs… Le ministère de l’Education Nationale, ainsi que celui et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ont en effet confirmé vouloir mettre en place une “veille de l’opinion” concernant les médias, en particulier le Net, avec pour objectif de “repérer les leaders d’opinion”, pour “analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau”.

Un appel d’offres a déjà été lancé le 15 octobre dernier. Pour mettre en place cette “veille de l’opinion”, un budget global de 220 000 euros a été planifié pour 2009. Cet outil jouerait avant tout la carte de la prévention en faisant ressortir des “informations signifiantes pertinentes” qui pourraient annoncer “un débat [… ], un temps fort [… ]” dans lesquels le ministère de l’Education Nationale pourrait se retrouver imbriqué. Et ainsi mieux anticiper “et évaluer les risques de contagion et de crise”. Pour le ministre de l’Education  Nationale, mieux vaut prévenir que guérir.

Et le champ d’application de cette surveillance est assez large. La veille portera sur les sites “de syndicats, de partis politiques, les portails thématiques ou régionaux, les sites militants d’associations, de mouvements revendicatifs ou alternatifs, de leaders d’opinion”, mais également “sur les moteurs généralistes, les forums grand public et spécialisés, les blogs, les pages personnelles, les réseaux sociaux, ainsi que sur les appels et pétitions en ligne, et sur les autres formats de diffusion (vidéos, etc.)”.

Et quelques syndicats sont déjà montés au créneau pour dénoncer la mise ne place de ce nouveau moyen de surveillance. Pour Jean-Marc Vinauger, de Sud-Education Loiret, ce nouvel outil démontre la volonté du gouvernement de contrôler les opinions contestataires.

Cette initiative des ministères de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur n’inquiète pas le gouvernement. “Il n’y a pourtant là rien de nouveau, tous les grands ministères – le Travail, la Défense, etc – ont une telle ‘veille’. Nous évoluons avec les medias: comme les blogs, tchats et autres forums prennent de plus en plus de place, nous les suivons de plus en plus”, d’après des propos rapportés par Le Figaro.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur