Lending Club : je lève des fonds, j’investis dans Springstone

BourseEntrepriseLevées de fonds
renaud-laplanche-lending-club

Aux Etats-Unis, le Frenchy Renaud Laplanche réunit 115 millions de dollars pour sa place de marché de prêts entre particuliers. Et mène à côté une opération de croissance externe.

Lending Club poursuit sa croissance aux Etats-Unis et gère en simultané un financement et une acquisition.

La place de marché des prêts de particulier à particulier, fondée en 2007 par l’entrepreneur français Renaud Laplanche, vient de boucler un tour de table de 115 millions de dollars divisé en deux parties : 65 millions via des fonds (T. Rowe Price Associates, Wellington Management Company, LLP, BlackRock et Sands Capital) et 50 millions en dettes (recours à un prêt bancaire).

Simultanément, la société Internet, qui ré-invente le business du crédit, acquiert Springstone Financial pour 140 millions de dollars (en cash et en stock). Cet établissement financier propose des plans de financement pour des soins de santé et ou pour des études.

“C’est une manière d’étendre de manière significative les services que nous proposons afin d’aider les consommateurs à réaliser leurs objectifs”, déclare le CEO Renaud Laplanche, cité dans un communiqué. “Les parents cherchent des moyens pour accompagner financièrement le parcous éducatif de leurs enfants et les patients auront accès aux prêts consentis sur le Lending Club pour bénéficier d’options de financement responsables, transparentes et abordables.”

Prochaine étape pour Lending Club : la Bourse ?

La croissance de la plateforme nouvelle génération pour l’emprunt est fascinante. En 7 ans, le service, qui  propose de mettre en relation des particuliers avec des taux d’intérêt plus bas que le marché, a géré un volant global de prêts équivalent  à 4 milliards de dollars. 250 000 clients ont adopté le système.  Et ça continue à un rythme de 750 millions de dollars de nouveaux prêts accordés par trimestre.

Fabrice Grinda, Net-entrepreneur et business angel qui vit à New York, suit avec attention le parcours de Lending Club. “Renaud Laplanche est un ami. J’aurais dû investir dans sa société”, concède cet expert du Web, contacté vendredi en fin d’après-midi par Skype. “Le service permet aux individus de refinancer des prêts de cartes de crédit avec des taux a 20-25% par des prêts a 10%. Ca vaut 100% le coup. Et ca permet au prêteur de placer de l’argent a 10% plutot qu’à 4%. C’est bien pour le prêteur, l’emprunteur, l’entreprise, le pays globalement mais c’est moins bien pour les banques.”

Jusqu’ici, Lending Club s’était concentré sur les prêts P2P (de particulier à particulier) mais le service s’intéresse depuis peu au financement des petites entreprises. Selon Les Echos, la société de finance participative, basée à San Francisco, a réalisé un chiffre d’affaires proche de 100 millions de dollars en 2013 contre 35 millions en 2012.

Prochaine étape ? La Bourse. Le projet n’est plus un secret : un dossier a même été déposé dans ce sens auprès de la SEC (autorité de régulation de la Bourse). L’unité de valorisation de Lending Club est désormais le milliards de dollars (entre 5 et 10 ?). Depuis sa création, la société a levé 285 millions de dollars auprès de divers fonds dont Canaan Partners, Norwest Venture Partners et Google Capital.

Quiz : Connaissez-vous le crowdfunding ?

(Crédit Image : Renaud Laplanche sur le plateau de CNN Money)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur