Lenovo, Dell et Samsung sortiront des tablettes Windows RT ARM

MobilitéPoste de travailSystèmes d'exploitationTablettes

Des constructeurs comme Dell, Samsung et Lenovo veulent leur part du gâteau et mettront sur pied pour cet automne des tablettes propulsées par l’OS Microsoft Windows RT, la mouture ARM de Windows 8.

Avec l’annonce de Surface, les doutes subsistaient à savoir si Microsoft continuerait, ou non, de licencier les constructeurs de tablettes sous Windows. Particulièrement avec Windows RT, la version de Windows 8 pour les architectures ARM. Doutes que l’éditeur de Redmond vient de lever.

Dans un billet publié le 13 août sur les blogs MSDN, Mike Angiulo, vice-président chargé de l’équipe Ecosystem et Planning, annonce que Dell, Lenovo (qui a déjà annoncé sa tablette sous Windows 8), et Samsung produiront des tablettes (voire des PC) sous Windows RT. Microsoft entend donc réserver Windows RT aux partenaires et ne proposera pas l’OS en tant que produit du commerce.

Tablette ou PC Windows RT ?

Les premiers produits des partenaires cités devraient voir le jour courant octobre (on parle du 26), simultanément avec le lancement officiel de Windows 8. La Tablet 600 sous Windows RT que Asus a annoncé ne devrait donc pas rester longtemps seule sur le marché.

Les ardoises numériques équipées de Windows RT seront motorisées par des puces Nvidia, Qualcomm, ou Texas Instruments avec qui Microsoft a travaillé pour optimiser Windows RT à l’architecture des processeurs ARM, souligne Silicon.fr.

Mais parle-t-on encore de tablettes ? Microsoft parle, lui, d’un ambigu « PC Windows RT ». Mike Angiulo annonce que « certains de nos PC Windows RT sont livrés avec clavier complet touchpad, qu’il soit amovibles/ancrables (dockable) ou avec un traditionnel clapet ».

De manière plus simple, il y aura des tablettes avec clavier et pavé tactile en périphérique « clipable » sur l’écran et des traditionnels notebook (exception faite de l’architecture ARM en lieu et place des puces x86 d’Intel et AMD).

Toshiba n’en veut plus

Microsoft n’en dit pas beaucoup plus pour l’heure si ce n’est qu’il évoque des tailles d’écrans comprises entre 10,1 et 11,6 pouces pour des autonomies affichées sur le papier de 8 à 13 heures en usages (vidéo HD notamment) et 320 à 409 heures en veille, histoire de mettre en avant la faible consommation des processeurs ARM.

Si Microsoft se veut rassurant quand à l’écosystème gravitant autour des tablettes Windows RT, il ne devra pas moins en compter avec la défection de Toshiba.

Le constructeur japonais a annoncé qu’il renonçait à produire une tablette Windows RT, dans un premier temps du moins. La pénurie de composants ne lui permettrait pas d’être prêt pour le lancement de Windows 8, rapporte notre confrère TechWeekEurope.co.uk.

Défection de HP et Acer

HP s’est également retiré du marché des tablettes Windows suite à l’annonce du projet Surface. HP y voyait probablement une concurrence déloyale.

Une clairvoyance non négligeable quand on apprend que Microsoft vendrait sa Surface à moins de 200 dollars, donc à perte. Une perte que peut se permettre Microsoft qui se rattrapera sur ses services cloud mais pas les constructeurs.

Inquiétude également partagée par Acer. Son dirigeant JT Wang évoquait la semaine dernière « un énorme impacte négatif » pour l’écosystème Windows 8.

Microsoft a néanmoins tout intérêt à réunir un maximum de constructeurs autour de Windows RT, en parti incompatible avec Windows 8, s’il veut attirer les développeurs et générer un écosystème suffisamment important pour assurer l’adoption des tablettes Windows RT par le public quasiment acquis à l’iPad d’Apple à ce jour.

 

 

Crédit image : Copyright Brian A. Jackson-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur