Lenovo restructure : que restera-t-il de Motorola ?

MobilitéPCPoste de travailSmartphonesTablettes
lenovo-restructuration-motorola
2 0

Lenovo se restructure sous le prisme d’une division PC « augmentée » sur fond d’open innovation. Et Motorola dans tout ça ?

Le timing est idéal pour parler d’un nettoyage de printemps : Lenovo a fixé au 1er avril 2016 la mise en application de plusieurs changements organisationnels affectant de nombreuses divisions avec, à la clé, des regroupements d’activités et des remaniements dans la gouvernance.

L’Enterprise Business Group va devenir le Data Center Group. Il se positionnera comme un fournisseur global de solutions IT, toujours sous la houlette de Gerry P. Smith. Le poste de directeur de la stratégie reviendra à Peter Hortensius, actuel CTO Lenovo. Quant à la casquette de directeur financier, elle échoira à Qinqtong Zhou, aujourd’hui CIO du groupe chinois.

Une autre entité sera officiellement constituée le 1er avril : le Lenovo Capital and Incubator Group, dont la direction reviendra à Zhiqiang He, actuellement à la tête de l’Ecosystem and Cloud Services.

Ce pôle se concentrera sur le développement de technologies innovantes via des spin-off et des investissements dans des start-up, tout en continuant à développer la plate-forme cloud et big data de Lenovo.

Dans le même temps, la division PC va être renforcée par l’intégration des tablettes, des phablettes et des appareils connectés du foyer numérique sous Windows, Chrome OS ou Android. Il en résultera le PC & Smart Device Business, piloté par Gianfranco Lanci, actuel COO de Lenovo.

Le reste de la division mobile sera placé sous la responsabilité de Xudong Chen (pour la Chine) et d’Aymar de Lencquesaing (pour les marchés dits « matures »). Quant à Rick Osterloh, président de Motorola Mobility, il quittera le navire.

L’intéressé avait succédé à Dennis Woodside à la tête de l’entreprise américaine. Il avait accompagné, en 2014, son passage dans le giron de Lenovo (acquisition auprès de Google, pour un peu moins de 3 milliards de dollars).

Ce rapprochement avait déjà entraîné un plan de restructuration, avec des réajustements essentiellement sur la partie commerciale.

Il y a cette fois-ci d’autres éléments de contexte. Sur son dernier trimestre d’activité, Lenovo affiche des indicateurs dans le rouge, y compris sur le marché des entreprises : – 12 % de chiffre d’affaires sur le PC (- 4 % en volumes de ventes) ; – 8 % pour la division Enterprise (et un EBIT négatif) ; – 4 % pour le mobile (- 18 % en volume de smartphones et – 14 % pour les tablettes).

Crédit photo : Julia Kuznetsova – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur