Les babillards se liguent contre AOL

Mobilité

Aux Etats-Unis, une pétition encourage les internautes à réclamer auprès des autorités de régulation l’ouverture des logiciels de messagerie instantanée AIM et ICQ d’AOL.

Une nouvelle étape marque la guerre déclarée entre plusieurs éditeurs (dont Microsoft) et AOL, qui refuse l’ouverture de ses logiciels de “babillage” (chat) à la concurrence. Les plaintes se sont succédées pour réclamer au fournisseur de service en ligne la possibilité de communiquer avec les millions d’utilisateurs d’ICQ et AOL Instant Messenger (voir édition du 26 avril 2000). Désormais, une pétition est disponible sur le Web, lancée par l’association FreeIM. Soutenue par des géants tels Microsoft et AT&T, FreeIM propose aux internautes de signer un texte avant de le faire parvenir aux responsables des organismes de régulation FTC et FCC. Réduit à quelques lignes, le texte est le suivant : “L’interopérabilité de la messagerie instantanée est vitale pour le succès du Web. Un outil de messagerie devrait fonctionner comme le courrier électronique. Les utilisateurs de l’e-mail peuvent communiquer sur tous les systèmes et toutes les lignes, indépendamment du fournisseur. AOL devrait ouvrir son service IM et le rendre interopérable”.

A vrai dire, il existe déjà un logiciel capable de babiller avec les applications d’AOL. Connu sous le nom d’Odigo, il est gratuit en téléchargement, pour l’instant en version bêta (voir édition du 26 janvier 2000). L’initiative est propre à faire rager AOL mais ne sera pas forcément suivie. Les éditeurs privilégient la création d’un standard universel pour la messagerie instantanée, à moins d’un improbable volte-face d’AOL.

Pour en savoir plus : freeIM.org


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur