Les bases de données open source au coeur de toutes les convoitises

Cloud

SAP, Intel et Red Hat entrent au capital de l’éditeur suédois MySQL AB. De son côté, Oracle rachète son concurrent américain Sleepycat.

Oracle s’empare de Sleepycat Software, éditeur américain à l’origine d’une base de données en open source. Cette acquisition, dont le montant n’a pas été dévoilé, lui permet d’intégrer la base de données en open source nommée Berkeley DB à son portefeuille existant de solutions d’infrastructure embarquées, des applications qui sont destinées à être intégrées aux solutions d’éditeurs tiers.

La gamme de bases de données embarquées dOracle comprend déjà le SGBD Oracle TimesTen (voir édition du 10 juin 2005) et la base pour terminaux mobiles Oracle Lite.

Créée en 1996, la société Sleepycat revendique près de 200 millions de déploiements pour son système Berkeley DB, une base de données qui est embarquée dans plusieurs projets open source, parmi lesquels les systèmes d’exploitation Linux et BSD Unix, le serveur web Apache, l’annuaire OpenLDAP et la suite bureautique OpenOffice. L’éditeur offre également une licence commerciale de sa solution à des entreprises qui l’intègrent dans des applications propriétaires. Cest le cas, notamment, de Motorola, d’Ericsson et de Sun Microsystems.

Une riposte à MySQL ?

Oracle a révélé son rachat de Sleepycat juste après l’annonce par la société suédoise MySQL AB qui a réalisé un troisième tour de table d’un montant de 15,5 millions d’euros. Les filiales de capital-risque de SAP (SAP Ventures), d’Intel (Intel Capital) et de Red Hat (Red Hat Ventures) font partie des investisseurs qui entrent dans le capital de MySQL, à côté du fonds d’investissement californien IVP (Institutional Venture Partners).

Entre l’acquisition de Sleepycat qui intervient quatre mois après celle du finlandais Innobase (voir édition du 10 octobre 2005) à l’origine d’un moteur de stockage pour MySQL, la firme de Larry Ellison compte-t-elle contenir les velléités de croissance de MySQL AB? Ou ce nouveau rachat s’inscrit-il dans un mouvement global de cet éditeur vers le modèle open source ?

En tout cas, Oracle continue de défrayer les chroniques. Le groupe américain pourrait bien avoir des vues sur dautres éditeurs open source dans les mois à venir. Relayées récemment par le Wall Street Journal, des rumeurs persistantes font état d’un possible intérêt du groupe pour JBoss, un spécialiste des serveurs d’applications en open source, ou encore Zend Technologies, société qui se focalise sur le langage PHP.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur