Les dangers du P2P : l’industrie du disque s’adresse maintenant aux parents

Mobilité

La sensibilisation contre le P2P illégal se poursuit. Cette fois-ci, une campagne internationale est programmée par l’IFPI dans 19 pays mais pas en France.

Après la répression, la pédagogie. Après avoir amorcé une série de plaintes à l’échelle internationale (voir édition du 12 avril 2005), l’International Federation of the Phonographic Industry (IFPI) a lancé le 8 juin une campagne internationale de lutte contre les échanges illégaux de fichiers sur les réseaux peer-to-peer (P2P). Cette fois, ce ne sont pas les utilisateurs qui sont visés par la campagne mais leurs parents.

Selon Childnet International, organisateur de la campagne, seul 1 parent sur 10 comprend les enjeux du P2P illégal. Le livret Young People, Music and the Internet – a guide for parents about P2P, file-sharing and downloading (Les jeunes, la musique et Internet – un guide pour les parents sur le P2P, le partage de fichier et le téléchargement, un titre on ne peut plus explicite), entend aider les parents à comprendre les technologies d’échange de fichiers en ligne afin qu’ils orientent à leur tour leurs enfants vers des pratiques légales.

Légalité et sécurité

Car l’enjeu n’est pas seulement juridique ou économique mais aussi lié à la sécurité. “Nombre des jeunes qui ont parlé à Childnet [lors de sondages informels effectués dans 190 établissements scolaires en Angleterre, ndlr] ont déclaré qu’ils sont souvent confrontés à des contenus pornographiques, des virus et des pop-up lorsqu’ils utilisent les services de P2P.” Pornographie et virus, voilà des arguments chocs qui devraient ouvrir grands les yeux des parents sur les pratiques informatiques de leurs rejetons. Outre les informations essentielles à connaître sur les dangers du P2P, le guide en question met l’accent sur l’offre légale de diffusion de musique en ligne qui ne cesse de s’enrichir au fil du temps pour compter, aujourd’hui, plus de 300 sites commerciaux dans le monde.

La campagne se déroule en 8 langues et débute par l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, Singapour, les Etats-Unis et le Royaume Uni. Elle se poursuivra en Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Grèce, etc. Au total, les petits guides à l’usage des parents, relayé par le site ProMusic.org, seront distribués dans 19 pays… dont la France est curieusement absente. Nous n’avons pas réussi à joindre un porte parole du SNEP (Syndicat National de l’édition Phonographique), membre de l’IFPI, pour obtenir un éclairage sur cette absence.

Il est vrai que les campagnes, tant sur un ton répressifs que pédagogiques, n’ont pas manqué ces derniers mois en France. La plus récente, remonte au mois de mars. Le guide Musique et film : Adopte la Net attitude avait été tiré à 450 000 exemplaire font 300 000 avait été distribués dans les établissements scolaires (voir édition du 21 mars 2005). D’autre part, le SNEP avait lui-même estimé que ses efforts anti pirateries commençaient à porter leurs fruits sur la vente des disques (voir édition du 19 avril 2005). Les Français, parents et enfants, seraient-ils plus respectueux des auteurs que le reste de la planète?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur