Les fractures IT persistent en France, selon Renaissance Numérique

CloudEntreprise

Connexions Internet, e-PME, e-commerce, éducation…L’association de personnalités IT pour l’émergence d’une vraie société numérique française recense une liste de lacunes.

Alors, la vraie société de l’information en France, c’est pour quand ? Renaissance Numérique tire la sonnette d’alarme.

Après la publication en 2007 d’un Livre Blanc intitulé 2010, l’Internet pour tous !, l’association qui regroupe des Net-entrepreneurs vient d’effectuer un bilan (fichier PDF).

Elle considère que le rendez-vous est raté. Même si huit des quinze propositions soumises à l’époque “ont été engagées”.

De manière synthétique, elle regrette que “seulement 2 foyers français sur 3 soient connectés à Internet” (source Médiamétrie).

Comparaisons assez osées en matière d’accès Internet : “la France de 2010 est au niveau de la Corée du sud…en 2001”, considère Renaissance Numérique.

Et notre pays se situerait en 20ème position sur 29 des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Autre statistique cinglante : moins d’une PME française sur deux (48%) dispose d’un site Internet. Il s’agit des entreprises de 10 à 19 salariés (source Eurostat 2010).

“La France est à 13 points en dessous de la moyenne européenne”, se lamente l’association des professionnels du numérique.

Un indicateur à rapprocher de celui d’IPSOS et de Google France : seulement 4 petites entreprises sur 10 possèdent un site Web.

Autre faiblesse recensée : le poids du commerce électronique. Renaissance Numérique évoque un chiffre d’affaires annuel de 25 milliards d’euros : 31,5 milliards à en croire les dernières projections de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD) sur 2010. Cela représenterait environ la moitié du score obtenu au Royaume-Uni.

Parmi les autres carences numériques pointées du doigt, l’association IT relève également qu’il n’y a en moyenne qu’un seul ordinateur pour 11 élèves dans les écoles élémentaires. De quoi frustrer la génération Web 3.0…

Renaissance Numérique va plancher sur les sujets IT pour la course à l’Elysee en 2012
Fondée en 2005, Renaissance Numérique se présente comme un centre de réflexion “en faveur du développement d’internet en France, focalisant ses réflexions et ses actions sur la réduction des fractures numériques”. Elle rassemblerait 70 membres. Parmi les principales causes défendues par le think-tank, on trouve le reconditionnement généralisé d’ordinateurs, l’autorisation du don de matériel informatique par les entreprises à leurs salariés sans taxation et l’accessibilité du Net pour les personnes mal et non-voyantes. Renaissance Numérique a aussi contribué à des opérations comme “Banlieue 2.0” (ou comment le numérique peut favoriser l’emploi ses jeunes dans les banlieues), et “Rentrée 2.0” (dont le but est d’équiper des écoles primaires et des foyers à faibles revenus avec des ordinateurs reconditionnés). Dans le cadre de la préparation de l’élection présidentielle en 2012, l’association de Net-entrepreneurs compte rédiger “un grand programme numérique en vue de la préparation des débats”. Le bureau actuel est composé de sept personnalités : Christine Balagué (co-présidente, Institut Télécom), Guillaume Buffet (Co-président, agence Les Gentils), Jérôme Adam (Easylife Conseil), Olivier Esper (Google France), Marc Mossé (Microsoft France), Godefroy Jordan (SPIR Communication), Jérémy Garamond (AssurOne).

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur