Les mobiles vont pouvoir “fliquer” les employés

Régulations

Les sociétés européennes vont bientôt pouvoir suivre à la trace leurs employés équipés d’un téléphone portable grâce à une technologie actuellement testée en secret par un grand opérateur européen.

Aux Etats-Unis, la mise en place de systèmes de localisation des usagers de téléphones mobiles sera obligatoire pour les opérateurs cellulaires à partir d’octobre 2001. Le police américaine pourra situer un appel dans un rayon de 60 mètres et intervenir dans le cas des appels d’urgence via le 911. En Europe, certains opérateurs testent de tels systèmes. Mais comme la loi ne prévoit absolument pas de les rendre obligatoires, ils pensent plutôt les destiner aux sociétés qui voudraient surveiller leurs employés.

Trois sociétés travaillent actuellement avec un grand opérateur européen qui veut rester anonyme sur un système de “tracking”. Alcatel fournit les téléphones mobiles, Symmetricom met au point la technologie de localisation par GPS (Global Positioning Satellite) et Aircom fournit les logiciels de localisation.

“Le système sera vendu aux Etats-Unis où la loi rend la demande très forte mais il fonctionne n’importe où dans le monde” explique Dave High, responsable du développement chez Aircom. Selon lui, “les opérateurs de téléphonie celllulaire en Europe sont très intéressés par la technologie qui donne une grosse valeur ajoutée à leurs services. Elle peut servir à suivre les déplacements des commerciaux d’une entreprise, à mieux gérer un parc de taxis ou d’ambulances, et fournir aussi des services de localisation en cas d’urgence”.

Des réserves ont été émises concernant la vie privée des abonnés mais elles ont été dépassées par les bénéfices évidents en matière de services, affirme Dave High. “Les gens qui auront des mobiles sauront qu’on peut savoir où ils sont et cela pourra profiter à leur travail”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur