Les nouvelles normes en passe de bousculer le haut débit mobile

Mobilité

Les technologies 3G LTE, xMax et WiMax Mobile vont transformer le paysage des
réseaux mobiles, selon une étude de Frost & Sullivan.

Les technologies sans fil de nouvelle génération devraient bel et bien transformer le paysage des réseaux mobiles haut débit, à en croire le cabinet d’analyses Frost & Sullivan.

Un tiers seulement de la population mondiale est connectée à un réseau cellulaire, et les technologies de type 3G Long Term Evolution (LTE), xMax et Mobile WiMax devraient littéralement envahir le marché.

Les normes WiMax mobiles actuelles ne sont pas encore optimisées pour les accès VoIP permettant uen exploitation mobile lors de déplacements en véhicules. Le WiMax mobile devrait donc viser dans un premier temps les marchés des PC ultra-portables ou tablettes plutôt que le marché des smartphones.

Mais les technologies émergentes telles que le xMax devraient permettre aux opérateurs de développer des offres d’appels vocaux en illimité (pour des communications locales ou internationales), ainsi que des services de messages textes illimités, à des tarifs mensuels extrêmement bas.

Certains considèrent le xMax comme la première technologie 4G qui devrait probablement être disponible sur le marché en 2008. Elle pourrait devenir plus performante que le WiMax mobile, lorsque la norme 3G LTE fera l’objet d’une standardisation.

“Une grande partie des réseaux cellulaires aurait besoin d’une mise à jour matérielle pour pouvoir prendre en charge la norme 3G LTE”, précise Luke Thomas, directeur de programme chez Frost & Sullivan. “Les opérateurs hésitent encore quant à la nécessité de fermer complètement les réseaux mobiles traditionnels pour se concentrer sur le déploiement des réseaux 3G LTE.”

Les opérateurs examinent de plus en plus les manières d’améliorer leur rentabilité et de stimuler le revenu moyen par utilisateur (Arpu).

“Les opérateurs européens ne peuvent plus compter sur les services voix pour augmenter le chiffre d’affaires moyen par utilisateur étant donné la saturation du marché. Ils doivent également oublier le potentiel de profit sur les différentes alternatives comme la VoIP et les tarifs de roaming au regard de la baisse des prix imposée”, ajoute Luke Thomas.

“C’est pourquoi les opérateurs voient aujourd’hui les différentes technologies mobiles haut débit de nouvelle génération comme un moyen d’augmenter leur ARPU dans les applications de données afin de maintenir une rentabilité à long terme”, poursuit l’expert.

Toujours selon l’étude de Frost & Sullivan, les services de transmission de données sans fil longue distance et à bas coût devraient à l’avenir ouvrir aux opérateurs de nouveaux marchés, bien qu’ils devront mobiliser d’importants investissements pour en tirer tous les bénéfices.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 24 juillet 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur