Les pièces jointes n’ont plus les faveurs des pirates

Cloud

Les pirates lancent de plus en plus leurs attaques en glissant du code
malveillant directement dans les pages Web.

Selon les experts présents au salon Infosecurity Europe 2007, les stratégies d’attaque déployées par les auteurs de programmes malveillants tendent à délaisser les simples emails contenant des pièces jointes infectées en faveur de pages Web contaminées par du code malveillant.

L’expert en solutions de sécurité Sophos a observé un déclin du recours à la méthode traditionnelle qui consiste à propager des malware à travers les pièces jointes d’emails, en faveur d’une nouvelle tendance qui amène les pirates à dissimuler du code malveillant dans certaines pages Web et à envoyer simplement le lien vers la page infectée.

“Nous observons une moyenne de 5 000 pages Web infectées chaque jour” , a indiqué Graham Cluley, consultant en technologie chez Sophos. “Certains jours, ce chiffre peut aller jusqu’à 20 000. Si vous visitez ces sites, vous risquez d’être infecté, et ce même si vous avez installé tous les correctifs sur votre navigateur.”

En exploitant les vulnérabilités du serveur de sites Web grâce à une attaque PHP ou une autre technique, l’auteur de malware peut dissimuler du code quasiment indétectable dans le site.
Environ 70 % des pages Web infectées sont contenues dans des sites légitimes de sociétés bien établies.

“Les risques ne se limitent pas aux sites pornographiques ni aux sites de jeu”, a précisé Carole Theriault, consultante en sécurité chez Sophos. “Ils apparaissent partout, même dans les sites de jardinage. Le contenu n’est plus un indicateur de risque.”

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 26 avril 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur