L’Icann amorce sa réforme

Cloud
Information - news

Sous la pression des critiques et, notamment, du Congrès américain, l’organisme d’enregistrement des noms de domaines se prépare à réformer son fonctionnement. Les 18 membres du bureau viennent à l’unanimité d’approuver un plan de réforme en ce sens. Il reste cependant à l’appliquer.

Réunis à Bucarest (Roumanie) depuis lundi 24 juin, les membres du bureau de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) viennent d’approuver un plan de réforme susceptible de modifier son fonctionnement. Une véritable révolution au sein de l’organisme d’assignation des noms de domaines sur Internet qui s’est obstiné à camper sur ses positions pendant des années et à faire la sourde oreille aux critiques.

Parmi les propositions présentées et, apparemment, retenues, on notera le passage de 18 à 15 membres directeurs du bureau ; l’annulation des élections de certains membres alors sélectionnés par un comité représentatif des internautes, le renforcement des avis consultatifs des gouvernements participants (notamment américain), la création d’un poste de médiateur, la réduction à 0,25 dollar par nom de domaine facturé aux registrars

L’épineux problème du cybersquatting

Notons que l’une des réformes prévoit de considérer le problème du cyber-squatting, notion que l’ICANN laissait jusque-là à la charge de l’OMPI (Office mondial de la protection industrielle) et à la justice. L’organisation prévoit ainsi d’étendre à 30 jours, contre cinq actuellement, la période de renouvellement d’un nom de domaine. Ce qui évitera à son détenteur distrait de se le faire voler (ou squatter) par un autre.

Le plan de réforme voté, reste à l’appliquer. Les prochaines rencontres de l’ICANN, prévues à Shanghai (Chine) du 27 au 31 octobre 2002, devraient y être consacré.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur