L’Internet, principal facteur d’équipement informatique des foyers français

Cloud

Plus de neuf foyers sur dix ayant acheté un PC en 2003 se sont connectés à la Toile. Le haut débit, avec l’essor de l’ADSL, a incité 22 % des nouveaux internautes à franchir le pas.

Comme nous l’annoncions hier (voir édition du 20 janvier 2004), les ménages français se sont massivement équipés en micro-ordinateurs en 2003, selon l’étude annuelle GfK réalisée pour le magazine SVM. La France est passée de 36 % des foyers disposant d’un PC (le terme incluant également les machines Apple) en 2002 à plus de 40 % en 2003, soit 2,2 millions de machines vendues auprès des particuliers. Une progression de 21 % des ventes, toujours selon Gfk, qui profite à hauteur de 39 % aux ordinateurs portables. Baisse des prix, écart technologique de plus en plus réduit avec les machines de bureau, mobilité, les notebooks se vendent de mieux en mieux. Ils constituaient 20 % des ventes de PC en 2001 et devraient faire part égale avec les desktops l’année prochaine.

Si l’essor des loisirs numériques à travers la photo, la vidéo, la musique ou l’impression d’images, voire le jeu vidéo, incite également les ménages à investir dans un ordinateur, c’est bien l’accès à Internet qui motive essentiellement la démarche. 91 % des personnes ayant acquis un PC en 2003 ont également souscrit un abonnement au Net, à comparer avec les 72 % de foyers équipés d’un ordinateur qui ont fini par se connecter. La navigation en ligne et la gestion du courrier électronique font partie des usages du PC pour plus de 69 % des utilisateurs. En comparaison, la gestion du ménage (courrier, comptabilité…) se limite à 30 % tandis que la consultation de DVD-vidéo, en pleine croissance, touche plus de 24 % des usagers.

Du haut débit pour les téléchargements

Environ 22 % des nouveaux connectés ont fait le choix direct du haut débit, et plus particulièrement de l’ADSL. Aujourd’hui, en France, l’accès au Net à grande vitesse représente plus de 47 % des comptes Internet et devrait dépasser les connexions bas débit en 2004. Et pour quoi faire ? Pour consommer, certes (parmi les foyers connectés, près de 60 % des achats se font en ligne) mais surtout pour télécharger. Si l’étude ne précise pas le pourcentage de sondés qui s’adonnent au rapatriement de fichiers, elle avance une moyenne de plus de seize morceaux de musique téléchargés mensuellement. Les films (DivX), les jeux vidéo et autre logiciels avoisineraient les quatre fichiers téléchargés mensuellement par foyer. Cependant, ces chiffres sont probablement bien en dessous de la réalité. En effet, 42 % des personnes interrogées ont refusé de déclarer le nombre de téléchargements qu’elles avaient effectués. Et 44 % des sondés déclarent ne pas vouloir payer leurs téléchargements.

Globalement, les résultats de l’étude sont encourageants quant à l’informatisation de la société française. Et si 53 % des Français déclarent ne jamais s’être connectés à Internet, il faut se rappeler qu’ils étaient 70 % en 2001. D’ailleurs, le noyau d’irréductibles allergiques à tout ce qui ressemble à un PC diminue progressivement. Si, en 2003, 32,5 % des Français déclarent ne jamais vouloir s’équiper d’un ordinateur, ils étaient 39 % en 2000 et 47 % en 1996.

Retrouvez l’intégralité de l’étude dans le numéro de février de SVM en kiosque dès jeudi 22 janvier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur