Linux plus fort que Windows selon IBM

Cloud

Une solution Linux-IBM-SGI vient de ravir à Microsoft la place des serveurs les plus rapides selon les tests du Transaction Processing Performance Council. Au delà du débat sur la comparabilité des configurations, l’exploit démontre que Linux peut “jouer dans la cour des grands”.

Dans la course à la performance, Microsoft vient de se faire ravir sa première place dans la liste des solutions serveurs de bases de données à 100 Go éditée par le Transaction Processing Performance Council(TPC). Le nouveau gagnant est Linux… avec la complicité d’IBM et de SGI. Big Blue a porté sa base de données DB2 UDB EEE 7.2 (qui sera présentée publiquement le 8 juin prochain) sur un serveur SGI 1450 sur plate-forme Red Hat 6.2 exploitant le noyau Linux 2.4.3. Le serveur de SGI comprend quatre racks de 4 processeurs Intel Xeon 700 MHz chacun avec un total de 4 Go de mémoire vive. Une configuration agrémentée de quelques outils d’optimisation des traitements (le ProPack 1.5 de SGI et le Linux Scalability) et dont la commercialisation est prévue pour le quatrième trimestre 2001. Cette configuration a obtenu 2733QphH (Composite-per-Hour Performance Metric) au test de performance TPC-H qui, sans entrer dans les détails, mesure la vitesse de traitement de requêtes complexes sur une base de données volumineuse. Il est suivi, de loin, par Microsoft SQL 2000 sur un Compaq ProLiant 8000-X700-8P, un serveur octo-processeur Xeon 700 MHz sous Windows 2000, qui n’obtient “que” 1699QphH.

Microsoft conteste… et ses arguments portent

Comme le fait remarquer un porte-parole de Microsoft, la comparaison n’est pas justifiée puisque la plate-forme DB2 exploite 16 processeurs contre la moitié pour la solution Microsoft SQL sur Compaq ProLiant. D’autre part, le coût au QphH de la solution IBM est exorbitant par rapport à celle de Microsoft : 347 dollars/QphH pour IBM/Linux/SGI contre 161 dollars/QphH pour Microsoft/Windows/Compaq. Enfin, ultime argument, l’offre IBM n’ayant pas été mise sur le marché, on ignore ses véritables performances dans un environnement réel. IBM de son côté fait savoir que l’objectif visé était bien la performance. Objectif d’autant plus atteint que cette expérience démontre bien que Linux s’affiche comme une solution viable dans un environnement serveur de hautes performances, notamment avec une architecture multi-processeurs. Des résultats qui contredisent le récent discours de Microsoft sur les risques de sécurité voire d’incompatibilité que crée le monde de l’open source (voir édition du 4 mai 2001) souvent assimilé à Linux. Microsoft peut toujours se consoler en se disant qu’il détient les 9 autres places d’un classement où Oracle se remarque par son absence.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur