Linux sous le signe de la professionnalisation

Cloud

Les études le confirment, le système d’exploitation Linux connaît une croissance positive importante. IDC estime que les utilisateurs du système libre sont au nombre de 15 millions. Le système d’exploitation représente pour le moment 24,6 % de parts de marché au niveau mondial. Les salons consacrés à Linux perdent aujourd’hui leur caractère communautaire à l’image de Linux Expo Paris qui se déroule du 31 janvier au 2 février 2001 au Cnit de la Défense. Signe, selon le PDG de ce salon, Sacha Dunas, que Linux connaît bel et bien une plus grande professionnalisation.

VNUnet : Toutes les études montrent la croissance du logiciel libre, lui prédisant un avenir radieux. En tant qu’organisateur de salons consacrés à Linux, avez-vous ressenti cette évolution ?

Sacha Dunas :Depuis la création de Linux Expo, c’est-à-dire en juin 1999, le profil des visiteurs a réellement changé. Cette métamorphose traduit incontestablement l’évolution de Linux sur le marché. Alors qu’en 1999, le salon faisait grande place aux Linuxiens de la première heure, c’est-à-dire à des développeurs, cette édition marque véritablement l’engouement des entreprises. Désormais, le DSI de l’entreprise ne vient plus seul, il est accompagné par le responsable de la société. Un signe qui marque nettement que Linux est désormais au centre des préoccupations de l’entreprise. On attend d’ailleurs pour ce salon près de 10 000 visiteurs soit le double de l’affluence de 1999, sur une surface qui a été multipliée par 5. Le nombre d’exposants passe d’ailleurs de 99 à 200.

VNUnet : Le dernier rapport du Cigref révélait que la migration vers Linux restait encore un pari pour les entreprises françaises.

Sacha Dunas :Ça l’est de moins de moins. Lors de la deuxième édition de Linux Expo, les entreprises qui se tournaient vers Linux le faisaient dans l’intention de tester le système d’exploitation sur quelques serveurs. Cette phase de test étant terminée, ces mêmes entreprises se tournent aujourd’hui vers l’implémentation du système Linux. Cette démarche montre une certaine professionnalisation de ce secteur. Le monde de l’entreprise est en train de s’accaparer Linux au détriment de la communauté des développeurs qui est, et c’est une bonne chose, devenue minoritaire.

VNUnet : Cette professionnalisation du marché Linux n’est-elle pas à imputer aux gros constructeurs qui ont suivi le mouvement ?

Sacha Dunas :Très clairement. Aujourd’hui, tous les constructeurs ont une offre. Ce sont véritablement des sociétés comme HP, IBM, Dell ou Compaq qui poussent Linux. Mêmes si aujourd’hui ces acteurs ne font en fait que suivre le mouvement, leur adhésion à Linux est très importante. Tout simplement parce que cela rassure les clients.

VNUnet : IBM investit 1 milliard de dollars pour l’année 2001 afin de faciliter le développement de ses logiciels sous Linux. Cela vous paraît-il une bonne chose ?

Sacha Dunas :Cela dépend de quel côté on se place. Côté client, c’est une bonne chose. L’entreprise se dit que si IBM mise sur Linux, c’est que cela marche et qu’il n’y a aucun risque. Côté développeurs, il existe peut-être une crainte de voir un gros acteur s’approprier une technologie qui est par définition ouverte et libre.

VNUnet : N’est-ce pas ce que l’on appelle la rançon de la gloire ?

Sacha Dunas :C’est effectivement inévitable. A partir du moment où quelque chose dépasse le caractère communautaire, les enjeux deviennent importants. La réussite de Linux passe forcément par une professionnalisation du système d’exploitation. Aujourd’hui, lorsqu’une société s’essaie au logiciel libre, elle ne se rend plus dans un des

forums de la communauté Linux pour résoudre ses problèmes. Elle s’adresse directement à des SSII. Et c’est ce point qui marque réellement l’évolution de Linux. Auparavant, la société qui migrait vers Linux se sentait seule. Aujourd’hui, elle est accompagnée dans sa démarche, elle est conseillée. Ce qui fait qu’aujourd’hui, on trouve tout aussi bien des PME que des grands comptes qui ont migré ou qui éprouvent le désir de migrer vers Linux. D’autant qu’avec la présence d’assistance techniques, plus besoin d’être débrouillard ou de s’y connaître en systèmes informatiques. Les SSII s’occupent de tout.

VNUnet : Quelle sera, selon vous, la position de Microsoft ?

Sacha Dunas :Aujourd’hui, Microsoft est absent de ce secteur. Mais je ne pense pas qu’il le sera pour longtemps. La firme de Redmond a toujours su réagir à temps. D’ailleurs, si Microsoft est absent de Linux Expo, n’ayant pas d’offre à proposer, cela ne l’empêche pas de venir en tant que visiteur. Une fois que Microsoft sera lancé dans la bataille, cela ne sera plus alors une confrontation entre systèmes ouverts et propriétaires, mais plutôt une guerre des produits.

VNUnet : Comment analysez-vous la multitude de distributions Linux ?

Sacha Dunas :Je pense que c’est une bonne chose et que cela est positif pour le client. Pour le moment, la multitude d’offres permet une très grande liberté aux entreprises pour choisir avec qui elles préfèrent travailler. Et puis, dans cette multitude de distributeurs, on retrouve essentiellement des distributeurs hexagonaux qui ont le grand avantage d’offrir des solutions de proximité à leurs clients.

VNUnet : Le salon Linux Expo a lieu dans plusieurs pays. Quelle est la position de l’Europe face aux Etats-Unis ?

Sacha Dunas :Le marché européen est plus avancé que le marché américain et surtout beaucoup plus porteur. Le marché européen est mieux structuré que celui d’outre-Atlantique, notamment du fait de la présence de SSII qui assurent un véritable travail de service après-vente.

VNUnet : Quelles sont les tendances de cette troisième Linux Expo Paris ?

Sacha Dunas :Outre la tendance déjà visible des systèmes d’exploitation Linux sur des applications embarquées telles les PDA, la tendance de 2001 est sans conteste la reprise du modèle ASP pour les systèmes d’exploitation Linux. Un tiers des exposants de Linux Expo Paris proposent ce modèle de location en ligne à l’image de la société Linbox. Ce phénomène est nouveau.

VNUnet : Sans être devin, l’explosion de Linux sera pour quand ?

Sacha Dunas :Difficile de donner une date. Mais une fois que le système d’exploitation offrira une suite bureautique comparable à ce qui se fait aujourd’hui en logiciels propriétaires, il n’y aura aucune raison pour que les entreprises ne basculent pas en masse vers Linux. Aujourd’hui, les suites bureautiques existent, mais elles manquent de convivialité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur