L’iPod révèle son talon d’Achille

Mobilité

Devant le prix exorbitant demandé par Apple pour remplacer la batterie de leur iPod, deux frères ont lancé une croisade qui vient ternir l’image du lecteur numérique. Heureusement, la réaction d’Apple ne s’est pas fait attendre…

Après 18 mois d’utilisation intensive, votre iPod ne répond plus à vos sollicitations ! En cause : sa batterie lithium-polymère, mini-pochette de moins de 3 millimètres d’épaisseur fabriquée par Sony-Fukushima qui fournit 1 200 mAH à 4,15 volts (voir édition du 26 octobre 2001). A première vue, impossible de la changer : elle est totalement enfermée dans l’iPod. Néanmoins, jusque la semaine dernière, le service après-vente d’Apple consentait à ouvrir ce dernier et à remplacer ladite batterie pour la modique somme de… 250 dollars (210 euros) ! Un chiffre qui a fait bondir les frères Neistat, utilisateurs new-yorkais du gadget numérique (voir édition du 24 novembre 2003). “Il y a, en plus, des frais d’expédition”, leur a même précisé un conseiller Apple Care. Après avoir tout tenté pour se faire remplacer l’accumulateur à moindres frais auprès de leur firme fétiche, les frangins ont opté pour la seule solution à portée de leur bourse : la bidouille. “Nous avons acheté une batterie sur Internet. Je sais me débrouiller avec l’électronique, mais le changement de la batterie de l’iPod est très difficile, et je pense que c’est la raison pour laquelle Apple ne proposait pas cette option… Quand j’ai branché la nouvelle batterie, j’ai cassé mon iPod”, a raconté Corey Neistat à nos confrères de MacDirectory.com.

Vidéo et graffitis urbains

Le sang des deux frères ne fait qu’un tour. Armés de cutters, ils fabriquent un pochoir, hantent les rues de New York et bombent toutes les affiches de la campagne de publicité pour le baladeur numérique d’Apple, qui vient de débuter. “La batterie impossible à remplacer de l’iPod ne dure que 18 mois”, souligne le graffiti. Toute l’opération est filmée, montée avec iMovie et publiée sur leur site Web ipodsdirtysecret.com (“Le sale secret de l’iPod”). Le nom du site fait référence à une interview récente de Steve Jobs qui expliquait au magazine Time que “le sale petit secret [derrière l’iTunes Music Store, Ndlr[, c’est qu’il n’y a pas moyen de faire de l’argent sur les magasins de musique en ligne”. En réalité, c’est l’iPod qui est la clé de la rentabilité et du succès de l’opération. Problème : la batterie du baladeur, comme toute batterie, ne dure qu’un certain nombre de cycles et son autonomie est amenée à décliner après un certain nombre de charges. Ce type d’accumulateur peut être rechargé environ 1 500 fois. Ce qui correspond, dans le cadre d’une utilisation intensive, à une durée de près de deux ans.

Reste que la croisade des frères Neistat a sans doute porté ses fruits : depuis la mi-novembre, aux Etats-Unis, Apple a réagi à ce problème en modifiant sa politique d’échange de la batterie. Elle y a tout intérêt puisque l’iPod ressemble bien à un filon (voir édition du 24 octobre 2001). La firme propose désormais un programme de remplacement au prix de 99 dollars (83 euros), 106 dollars au total avec les frais d’expédition. Un prix qui semble satisfaire Casey Neistat : “Désormais, ils offrent un programme de remplacement de batteries très honnête.” Ce n’est pas l’opinion d’Adam Robert Guha, sur le site LowendMac, selon lequel une bidouille est possible en achetant soi-même une batterie facturée 49 dollars (41 euros) sur ipodbattery.com. Le site détaille même les manipulations à effectuer pour installer la batterie de rechange. Si le problème ne semble pas encore avoir été soulevé de ce côté-ci de l’Atlantique, gageons qu’Apple réagira en temps et en heure pour éviter d’avoir à affronter les cousins européens des frères Neistat !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur