L’OASIS publie UBL 1.0

Cloud

D’ici quelques jours, l’OASIS va publier une première version d’un standard XML pour les documents commerciaux, quelques semaines après que le W3C a sorti sa propre solution.

L’OASIS (Organization for the Advancement of Structured Information Standards), consortium international à but non lucratif impliqué dans le développement de spécifications d’interopérabilité dédiées au commerce électronique, devrait publier incessamment une première version d’un standard nommé UBL (Universal Business Language), révèle Infoworld. UBL est une bibliothèque de documents XML relatifs aux échanges commerciaux, tels que les factures, les ordres d’achat, les notifications d’expédition… L’enjeu d’UBL est de permettre, par exemple, qu’une facture émise par une entreprise puisse être reconnue comme telle et traitée automatiquement par le système informatique de son débiteur. La disponibilité d’UBL 1.0 intervient à peu près un an après la publication d’une préversion (voir édition du 21 janvier 2003).

La sémantique des échanges B to B

Rappelons qu’UBL vient compléter un autre standard XML développé conjointement par l’OASIS et les Nations unies, ebXML, qui a été ratifié au printemps 2001. Alors qu’UBL traite de la normalisation du contenu des documents commerciaux, ebXML vise à décrire les processus d’affaires menés via Internet par des partenaires commerciaux : gestion des propositions commerciales, appels d’offres, etc. UBL et ebXML se complètent donc et traitent de la question de la sémantique des échanges B to B. Reste à savoir quand ces modèles de documents et de processus seront pleinement mis en oeuvre par les éditeurs dans leurs applications et si les entreprises les trouveront réellement adaptées à leur mode de fonctionnement. Se pose également le problème de la concurrence entre standards. En effet, le W3C a, à l’instar de l’OASIS, travaillé sur la standardisation des formulaires commerciaux, aboutissant à la publication il y a quelques semaines d’Xforms. Notons que des éditeurs majeurs comme IBM, Adobe ou Microsoft s’intéressent de près à cette question et intègrent dans leurs produits respectifs des solutions ? propriétaires pour le moment ? de gestion électronique des formulaires (voir édition du 21 octobre 2003).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur