Lunchr : l’app qui fait gagner du temps lors de la pause-déjeuner

EntrepriseLevées de fondsStart-up
lunchr-loic-soubeyrand-foodtech-levee-fonds
0 0

Loïc Soubeyrand (ex-Teads) débarque dans la FoodTech avec Lunchr, une app pour pré-commander ses repas de restaurant. Un premier tour de table a été bouclé avec Daphni.

Comment passer de la publicité vidéo à la FoodTech ? Loïc Soubeyrand, co-fondateur de Teads, bascule dans ce nouvel univers à travers une nouvelle start-up du nom de Lunchr et d’une première levée de fonds.

En octobre, le Net-entrepreneur avait repris son indépendance pour se lancer à fond dans ce projet. Il vient de le présenter officiellement : Lunchr est une application mobile visant à optimiser le temps réservé à la pause-déjeuner.

Objectif : réduire le process parfois chronophage de commande dans un restaurant en raison de la file d’attente des clients ou de la mauvaise organisation pour servir vite les clients.

Lunchr a vocation à apporte une réponse pratique : l’app permet de pré-commander ses repas dans ses restaurants favoris et de régler la note afin de gagner du temps sur place.  Il ne reste plus qu’à se rendre dans l’établissement en posant les pieds sous la table ou à emporter le menu au bureau.

« J’avais besoin de repartir from scratch, où tout reste à faire et à prouver », déclare Loïc Soubeyrand, contacté par ITespresso.fr. « Je suis parti sur la FoodTech comme j’aurais pu partir sur un autre secteur. Entrepreneur avant tout. »

Ce projet est parti « d’une frustration personnelle » (l’attente au restaurant), explique-t-il. « Elle s’est avérée être partagée par un grand nombre de personnes. Il y a donc une solution à trouver. »

Plus d’un millier de restaurants dans la boucle d’ici fin 2017

Les activités de Lunchr démarrent dès cette semaine à Montpellier, avant un déploiement à Paris prévu à la fin du premier trimestre 2017. Une bêta privée est d’ores et déjà menée avec une vingtaine de restaurateurs.

D’autres villes françaises seront ouvertes d’ici la fin de l’année. « On vise entre 1000 et 1500 restaurants partenaires sur 2017″, précise Loïc Soubeyrand.

Pour quel modèle économique ? Une commission située entre 10 à 15% de chaque commande est prise auprès des restaurateurs. »Il n’y a aucun surcoût coté client, qui paie le même prix que sur la carte », assure le start-upper.

En l’état actuel, seule une version iOS de l’app Lunchr est disponible au départ mais des déclinaisons Android et Web (pour un accès au service depuis un ordinateur) seront déployées « prochainement ».

L’exécution du projet par une équipe d’une dizaine de personnes basées entre Paris et Montpellier a été rapide : moins de trois mois.

Cerise sur le gâteau : une première levée de fonds de 2,5 millions d’euros a été bouclée auprès du fonds d’investissement Daphni co-fondée par Marie Ekeland.

La start-up est déjà bien entourée avec notamment la présence au board de Thibault Viort, Chief Disruption & Growth Officer du groupe AccorHotels.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur