Lunettes connectées : un premier test commercial pour Sony

AccessoiresApps mobilesMobilitéPoste de travail
sony-smarteyeglass

Sony s’apprête à commercialiser une première version de ses lunettes connectées SmartEyeglass. Les développeurs sont ciblés au même titre que les entreprises.

840 dollars, 670 euros ou 520 livres sterling, le tout hors taxes. C’est le prix annoncé par Sony pour ses lunettes connectées SmartEyeglass.

Les réservations sont lancées au Royaume-Uni et en Allemagne pour le modèle SED-E1, destiné expressément aux développeurs. Le lancement commercial sera effectif le 10 mars 2015 dans ces deux pays, ainsi qu’au Japon et aux Etats-Unis.

La France, l’Italie, l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas et la Suède rejoindront la boucle au même moment, mais seules les entreprises pourront acheter une paire. Le tout en direct sur le site Internet Sony Developer World.

Sur le principe même de la réalité augmentée, les SmartEyeglass superposent des informations dans le champ de vision de l’utilisateur, qui peut garder les mains libres. Idéal notamment pour les mécaniciens, les travailleurs à la chaîne et les employés dans les entrepôts de logistique (trois scénarios mis en avant par Sony).

Le groupe high-tech japonais n’écarte pas les usages grand public (accompagnement de visites guidées, informations complémentaires sur des joueurs pendant une rencontre sportive…). Sa stratégie se concentre toutefois pour l’essentiel sur le monde professionnel, où le gros du marché se trouve à l’heure actuelle comme on a pu le constater avec les Google Glass.

Il ne faudra pas compter sur une version grand public avant 2016 pour ces SmartEyeglass difficilement exploitables de manière indépendante : elles tirent en fait leur potentiel du terminal auquel elles sont reliées par Bluetooth (3.0) et/ou en Wi-Fi (802.11g).

C’est sur ce smartphone ou cette tablette – équipé(e) a minima d’Android 4.4 – que résideront les applications compatibles SmartEyeglass. Les développeurs sont invités à exploiter la première version finale du SDK pour enrichir une logithèque qui se limitera, au lancement du produit, à un outil de contrôle vocal, un calendrier, un lecteur de flux RSS, un accès à Gmail et des clients pour les réseaux sociaux (Twitter, Facebook).

Au niveau technique, SmartEyeglass propose un affichage en 419 x 138 pixels sur 256 niveaux de gris (8 bits) à 15 images par seconde. La couleur passe à la trappe pour augmenter l’autonomie de la batterie, annoncée à 2 h 30 maximum… et 80 minutes si l’on filme avec le capteur d’images de 3 mégapixels.

Dotées d’un accéléromètre, d’un gyroscope, d’une boussole et d’un capteur de luminosité, les lunettes pèsent 77 g avec leurs lentilles de 3 mm (transparence : 85 % selon Sony). C’est sans compter les 44 g du module dans lequel sont déportés la batterie, le haut-parleur, le microphone et la connectivité NFC.

Crédit photo : Sony


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur