Lutte antiphishing : Microsoft sort ses griffes

Cloud

L’éditeur numéro un mondial de logiciels a lancé 117 actions judiciaires à l’encontre d’exploitants présumés de sites-leurres qui pratiquent l’hameçonnage

Microsoft vient de lancer sa première grande vague de poursuites à l’encontre d’individus suspectés de pratiquer le phishing (ou hameçonnage). Le 31 mars, l’éditeur numéro un mondial de logiciels a annoncé avoir initié 117 procédures judiciaires à l’encontre d’exploitants présumés de sites-leurres destinés à tromper les cyberconsommateurs.

Les plaintes contre X (dite “against John Doe” aux Etats-Unis) ont été déposées dans un tribunal de district de Seattle dans l’Etat de Washington. Microsoft n’a pas donné de précisions sur la portée géographique de ces procédures et les services en lignes qui seraient visés.

A l’instar du spam, Microsoft estime que le phishing est l’un des grands fléaux dans le monde des nouvelles technologies et devient une technique très répandue de vol d’identité. L’éditeur appelle tous les internautes à se montrer très prudent en effectuant ses achats en ligne ou en donnant ses données personnelles en ligne. L’un des premiers conseils qu’il délivre est de ne pas ouvrir un lien hypertexte dans un mail qui vous demande de déposer des coordonnées sensibles.

2 625 sites leurres recensés en février

Selon le plus récent bulletin diffusé par l’Anti-Phishing Working Group qui regroupe plus de 1200 acteurs industriels inquiets par l’ampleur du phénomène (FAI, banques, sites de commerce électronique…), 2 625 sites leurres et des détournements de 64 marques à travers des campagnes de mailing ont été recensés dans le courant du mois de février. Selon le APWG, le plus grand nombre de sites de phishing sont hébergés sur le territoire américain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur