Magister.B, un virus hautement destructif

Cloud
Information - news

Apparu au début du mois, Magister.B se révèle redoutablement dangereux puisqu’il peut aller jusqu’à flasher le Bios de la machine. Malin, il se présente par e-mail dans une pièce jointe sous forme d’un programme à exécuter ou d’un texte ou d’une image.

Dans la famille virus, je voudrais Magister.B. En fait, mieux vaut l’éviter. Ce virus polymorphe, variante de Magister et décliné en W32.Magistr.39921@mm ou W32.Magistr.B@mm, peut se révéler très destructif. Il s’introduit en pièce jointe d’un e-mail sous forme d’un fichier .EXE, .COM, .BAT, .PIF, et peut être accompagné de fichiers non infectés en .DOC, .GIF et .TXT. Le message ne comporte aucun nom dans le champs destinataire (“A:”), ce qui lui permet de se faire passer pour un message issu d’un mailing collectif de type commercial. L’objet du message est généré aléatoirement. En cas d’exécution du programme, Magister.B s’installe en mémoire via la tâche Explorer.exe pour extraire les adresses e-mail des carnets d’Outlook Express, Netscape et Eudora pour s’auto-envoyer automatiquement à chaque contact trouvé. Rien de moins. Ne croyez pas être protégé par le firewall ZoneAlarm qu’il sait désactiver avant, éventuellement, de se propager sur les disques partagés du réseau local.

La liste des réjouissances est loin d’être terminée. Magister.B a la capacité de détruire les mémoires de masse ainsi que le contenu de la mémoire de configuration C-Mos. Autrement dit, il sait “flasher” le Bios. Et pas pour le mettre à jour, on s’en doute. Enfin, il lui arrive d’écraser les fichiers qu’il “croise” sur sa route, y compris les fichiers système. Il aime notamment se “promener” dans les répertoires Windows, Win95, Win98, WinMe, Win2000, WinNT, Win2K, etc. Trend Micro classe son niveau de dangerosité en “medium”, tout en précisant qu’il est “destructif” tandis que Symantec a récemment revu son jugement pour un risque maximum (niveau 3). Bref, encore peu répandu, Magister.B est le virus a éviter absolument.

Article modifié le 10.09.2001


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur