Malgré un ‘profit warning’, SAP fait face à la crise

Cloud

L’éditeur allemand SAP voit sa croissance à la baisse pour la première fois. Très touchée sur le territoire américain, la société semble subir les effets du ralentissement de la croissance économique qui touche désormais l’Europe. Pour autant, la société s’en sort mieux que certains de ses concurrents.

Le numéro un européen du progiciel, SAP, qui se félicitait il y a encore peu de ses bons résultats face au plongeon effectué par ses concurrents (voir édition du 26 avril 2001), connaît à son tour quelques difficultés. L’allemand a en effet enregistré une baisse de 11 %de son bénéfice net à 78 millions d’euros au troisième trimestre 2001, contre 88 millions d’euros un an plus tôt. Par ailleurs, le groupe prévoit également une réduction de son chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’année. Alors que SAP misait sur une croissance de 20 % de son chiffre d’affaires, il estime aujourd’hui préférable de n’envisager qu’une hausse de 15 %. Ce rajustement est en outre accompagné de différentes mesures afin, selon SAP, d’“accélérer des baisses des coûts”. Baisses qui devraient sans aucun doute passer par des suppressions de postes, essentiellement sur le marché américain. La société annonce en revanche qu’elle poursuivra son expansion dans certains secteurs comme la gestion des chaînes d’approvisionnement où les logiciels de gestion de la relation client.

Toutefois, malgré cette baisse de croissance, le groupe affiche tout de même un chiffre d’affaires au troisième trimestre en hausse de 16 % sur la période de juin à fin septembre, avec des ventes de logiciels qui ont progressé de 9 %. Mais les revenus de ses licences marquent un retrait de 7 % sur un an. Reste tout de même que la société ne prévoit de réaliser qu’une progression de 5 % de son chiffre d’affaires au quatrième trimestre par rapport à la même période de l’an dernier.

La concurrence en perte de vitesse

SAP était jusqu’à maintenant l’un des seuls acteurs de son secteur à avoir évité un profit warning et ce malgré la crise des nouvelles technologies qui sévit depuis un an. Toutefois, son principal marché étant l’Europe, la société est moins exposée que certains de ses concurrents américains. Mais les effets du ralentissement économique commencent à se faire sentir sur les autres marchés notamment sur le Vieux Continent, et SAP n’est pas plus protégé que les autres. Pour autant, face à ses concurrents, l’allemand s’en sort plutôt bien. Ainsi, i2, éditeur de logiciels américain qui édite des solutions B to B pour le commerce électronique, vient d’annoncer de fortes pertes (5,53 milliards de dollars) au troisième trimestre de son exercice. Un an auparavant, la société affichait un bénéfice de 786 millions de dollars. Aujourd’hui, ses ventes sont en baisse de 39 %. Siebel, de son côté, vient d’annoncer des résultats très en deçà des prévisions des analystes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur