Interview Marc Leprat, ViewPay : « Le Web 2.0 a tout réinventé, sauf la publicité »

MarketingPublicité
9 42

Fondateur et dirigeant de Viewpay, Marc Leprat revient sur cette offre à la croisée de la publicité et du micro-paiement.

ITespresso.fr  : Doit-on parler de publicité ou de micro paiement pour définir votre activité ?

Marc Leprat : ViewPay est à la croisée de ces deux univers et nous parlons d’advertpayment pour définir notre activité.

Avec l’offre Jokerly, nous avons dans un premier temps accompagné des éditeurs de jeux vidéo sur smartphone, engagés dans une stratégie freemium, en proposant à leurs utilisateurs de regarder une publicité vidéo plutôt que de payer pour accéder à du contenu.

Et depuis le rachat de SpringStreet l’année dernière, nous déclinons également notre outil pour faciliter l’accès à un réseau Wifi, moyennant la consultation d’une vidéo publicitaire.

ITespresso.fr : En quoi votre modèle diffère d’autres plateformes vidéo publicitaires comme Teads par exemple ?

Marc Leprat : La philosophie est très différente. Les internautes sont sur-sollicités par des plateformes publicitaires, toujours plus intrusives, qui sont de plus en plus rejetées par les internautes voire carrément bloquées à l’aide d’outils comme les AdBlockers.

Chez ViewPay, nous souhaitons au contraire recréer un cercle vertueux entre l’internaute et l’annonceur, avec une publicité qui soit choisie et non subie.

Dans l’univers du jeu vidéo, l’internaute qui veut débloquer un nouveau niveau doit choisir entre payer et notre plate-forme d’advertpayment. Et une fois qu’il a retenu ViewPay, il choisit une seconde fois l’annonceur le plus proche de ses centres d’intérêt, ce qui se traduit par un taux de mémorisation record, près de trois fois supérieur à celui de la télévision et sans commune mesure à ce qui se fait habituellement sur le Web.

ITespresso.fr : Le succès de ce format auprès des annonceurs vous permet-il d’obtenir des tarifs plus élevés  ?

Marc Leprat : Oui. Nous avons réalisé un gros effort d’évangélisation auprès des annonceurs qui comprennent désormais qu’il est plus pertinent d’investir dans une vidéo qui sera réellement vue et appréciée des internautes plutôt que dans un format qui les mettra de mauvaise humeur !

Les récentes déclarations de l’IAB et l’engouement pour le native advertising nous confortent d’ailleurs dans cette idée. L’important est de capter l’attention des internautes mais sans détériorer l’image de la marque.

ITespresso.fr : Après les jeux et le Wi-Fi, pourriez-vous chercher à monétiser de nouveaux produits voire constituer une forme de paiement alternatif ?

Marc Leprat : C’était le projet d’Imagiin, ma précédente start-up, et cela pourrait effectivement devenir un jour un sujet pour ViewPay. L’un de nos confrères, Goodeed, utilise par exemple un format similaire d’advertpayment pour financer des organisations caritatives.

Pour l’heure, notre priorité est de proposer ViewPay aux acteurs de la presse écrite, qui cherchent une troisième voie entre la publicité, qui transforme les sites en sapins de Noël, et le « paywall » qui offrent bien souvent des formules ou des tarifs inadaptés au numérique.

L’advertpayment offrirait une solution intermédiaire, avec une publicité choisie par l’internaute, et un niveau de monétisation élevé, susceptible de satisfaire l’éditeur.

ITespresso.fr : Une forme de retour aux sources pour la publicité ?

Marc Leprat : Oui, la publicité a toujours financé les contenus mais elle ne peut plus se permettre d’être rejetée par les internautes.

Le Web 2.0 a tout réinventé, sauf la publicité. Et c’est toute l’ambition de ViewPay : proposer une solution respectueuse de l’internaute, également capable de satisfaire les marques et les éditeurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur