Marché IT : la désunion entre les professionnels du cloud

Marketing

Au Royaume-Uni, la Cloud Industry Forum n’apprécie pas la Cloud Alliance.Aux Etats-Unis, l’Open Cloud Initiative ré-émerge après avoir fait sécession avec l’Open Cloud Manifesto.

Le cloud prend parfois l’allure de lutte d’influence sur un marché qui vaut de l’or. Et des conflits d’intérêts peuvent éclater…

Ainsi, début juillet, eWeek UK rapportait une polémique sur fond de lancement de la Cloud Alliance au Royaume-Uni.

Elle regroupe un panel de fournisseurs de solutions cloud à destination des PME.

Mais, le Cloud Industry Forum (CIF) n’a pas applaudi cette initiative jugée commerciale.

Cette deuxième organisation “cloud pro” favorise plutôt une approche du marché destinée à faire émerger des standards.

Le CIF estime que le nom générique “Cloud Alliance” est trompeur, ce qui rend cette initiative business indécente.

En qualité de Directeur Business Development chez le fournisseur de services cloud nommé Star (et instigateur de la Cloud Alliance), Grant Tanner se déclare déçu par la réaction du Cloud Industry Forum.

“Le CIF devrait accueillir favorablement notre initiative CA. Nous n’avons pas l’intention d’ériger un comité de standardisation. Nous essayons d’apporter de la valeur ajoutée à nos clients en fournissant des services différenciateurs.”

La Cloud Alliance n’a jamais cherché à dissimuler sa vocation commerciale.

“En aucun cas, il ne s’agit d’une alliance en rupture avec le CIF. Nous voulons juste livrer à nos clients des produits et des services cloud d’une manière différente”, poursuit le porte-parole du CA.

Andy Burton, Président du Cloud Industry Forum, n’avait pas hésité à lancer une salve de critiques contre l’initiative Cloud Alliance.

Il accuse Star d’avoir écarté des centaines de concurrents potentiels de la nouvelle organisation.

Il regrette aussi que les instigateurs de l’initiative CA se revendique comme des membres de la branche britannique Cloud Alliance.

Une fausse présentation qui tendrait à prouver un manque de transparence et d’indépendance.

N’a-t-on finalement pas affaire à une bataille d’égo ? Avant le lancement du collectif CA, Ricky Hudson, P-DG de Star, considérait le CIF comme une “boutique à parlote” (“talking shop”).

Précisons qu’Andy Burton, Président du CIF, est également P-DG de Fas, un fournisseur de services cloud concurrent de Star…

(Lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur