Mark Zuckerberg va rencontrer Emmanuel Macron et les élus européens

MarketingRégulationsSocial Media
zuckerberg-macron

Le patron de Facebook s’entretiendra le 23 mai avec le président de la République. Il s’est aussi engagé à rencontrer des représentants du Parlement européen.

L’Élysée l’assure : les discussions qu’Emmanuel Macron aura mercredi 23 mai avec Mark Zuckerberg seront « franches » et « rudes ».

Le chef de l’État s’entretiendra avec le patron de Facebook à l’occasion du sommet Tech for Good, qui réunira une cinquantaine de dirigeants du numérique parmi lesquels Brian Krzanich (Intel), Satya Nadella (Microsoft) et Virginia Rometty (IBM).

La présidence entend aborder « tous les sujets », de la désinformation en ligne au traitement des données personnelles en passant par la fiscalité.

Mark Zuckerberg fera aussi le déplacement à Bruxelles pour rencontrer les élus européens, qui le sollicitaient depuis plusieurs semaines.

La réunion sera notamment destinée à « clarifier des problématiques liées à l’exploitation des données personnelles ». Antonio Tajani, président du Parlement européen, espère qu’elle pourra se tenir « dès la semaine prochaine ».

Certains élus s’insurgent à l’idée que l’audition se fasse à huis clos. Illustration avec Guy Verhostadt (président de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe), qui menace de la boycotter.

Plusieurs twitteurs lui font écho, rappelant que le Congrès américain a obtenu, le mois dernier, deux jours d’auditions publiques.

Du côté du Parlement britannique, on vient d’essuyer un nouveau refus de Mark Zuckerberg.

Au mois de mars, le patron de Facebook avait envoyé son associé Mike Schroepfer (CTO de l’entreprise) témoigner à sa place devant la commission à la Culture et aux Médias.

Cette dernière, insatisfaite, avait relancé l’invitation, menaçant Mark Zuckerberg d’une assignation – procédure utilisée entre autres contre le milliardaire Rupert Murdoch et son fils en 2011.

Facebook avait exprimé ses regrets dans une lettre adressée au Parlement et s’était dit « prêt à coopérer » pour fournir des informations supplémentaires.

Les élus britanniques se disent désormais ouverts à organiser un entretien en vidéo.

Crédit photo : Facebook


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur