Mark Zuckerberg – Facebook : c’est l’histoire d’un mec pas cool qui veut créer un service utile

ManagementNominationsRégulations
facebook-mark-zuckerberg-questions-reponses

Dans une session publique de questions-réponses, Mark Zuckerberg s’est un peu confié de manière plus intime sur sa vie et sa perception de Facebook

Mark Zuckerberg s’est prêté à un jeu de questions-réponses qui a duré une heure dans la journée de jeudi avec le public et avec des interventions d’internautes du monde entier dans l’enceinte du siège social de Facebook en Californie.

Un premier exercice du genre (la vidéo est disponible en replay) avec 200 membres du réseau social pour récupérer des “feedbacks” comme dit le co-fondateur du service communautaire. Ce type de session est également réalisé en interne de manière régulière pour discuter avec les équipes de Facebook.

Dans la salle, Mark Zuckerberg était accompagné de son équipe dirigeante opérationnelle dont Sheryl Sandberg (COO). Une manière d’insister sur le travail en équipe. L’occasion aussi d’essaimé quelques anecdotes sur sa vie, sa vision de l’Internet et les activités de Facebook.

Récemment, à l’occasion de la présentation des résultats financiers trimestriels, le CEO de Facebook avait déjà synthétisé les grands axes de développement de la société Internet à l’horizon 10 ans. Dans cet exercice de questions-réponses, les thèmes évoqués sont éclectiques. Voici quelques extraits :

Concernant le téléchargement obligatoire de Facebook Messenger, Mark Zuckerberg reconnaît que c’est un passage obligé (et parfois irritant) pour tous les membres. Mais il s’agit de fournir ‘une “meilleure expérience” au sein d’applications à usage unique.

Plutôt insensible à la cool-attitude. Le Net-entrepreneur devenu milliardaire ne se considère comme une personne cool et il n’a “jamais essayé de l’être”. Tout comme la plateforme Facebook malgré l’enrichissement de fonctions comme la vidéo. “Mon but n’a jamais été de faire de Facebook un produit cool (…) Nous voulons juste que ce soit utile au quotidien. Un peu comme l’électricité.”

Dans un autre registre plus léger, une question vestimentaire semble intriguer la communauté Facebook. Pourquoi Mark Zuckerberg porte toujours le même tee-shirt gris chaque jour ? Visiblement, il n’est pas une fashion victim et écarte la question sous cette forme. “J’ai la chance de me lever tous les matins et d’aider plus d’un milliard de personnes. Et je ne ferais pas ce job si je dépensais mon énergie sur des choses stupides et frivoles dans ma vie. Donc, je dirais que je réserve toute mon énergie à concevoir les meilleurs produits et services.”

Interrogé sur The Social Network relatant la genèse de Facebook, Mark Zuckerberg considère que le film de David Fincher sorti en 2010 ne reflète pas vraiment la manière dont il a conçu Facebook. “Programmer, concevoir un produit et bâtir une entreprise, ce n’est pas assez glamour pour en faire un film (…) La vraie histoire, c’est juste énormément de travail.”

Sa vraie motivation était de “connecter le monde” et pas d’attirer l’attention des filles. Si ce n’est pas du story telling, c’est un peu gênant de présenter sa vie dans le film sous cet angle. Alors que le jeune homme était déjà avec fiancé avec Priscilla Chan (devenue son épouse juste après l’introduction en Bourse de Facebook en mai 2012).

Facebook s’engage dans la lutte contre Ebola
Via l’exposition mondiale de son réseau (plus d’un milliard d’utilisateurs), Facebook s’engage au côté des associations et des populations pour combattre Ebola. Prévention, soins, assistance, toutes les aides sont utiles. Des initiatives sont lancées pour aider à la lutte contre l’épidémie : un bouton “Faire un don” pour le compte d’International Medical Corps ou Save the Children et des collaborations avec l’UNICEF et NetHope pour sensibiliser l’opinion publique et fournir des moyens de communication d’urgence pour les équipes médicales dans les pays touchés par Ebola (Guinée, Libéria, Sierra Leone). Plus tôt, en septembre, c’était la fondation Bill & Melinda Gates qui s’est engagée à verser 50 millions de dollars pour soutenir la lutte contre l’épidémie.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur