MasterCard imagine le paiement mobile de demain

Mobilité
logo Mastercard

Selon MasterCard, l’avenir du paiement mobile tient à l’association des codes QR et des solutions NFC, dans un écosystème impliquant des terminaux interconnectés et les cinq sens humains comme centres d’action.

MasterCard s’est réservé l’exclusivité d’un événement new-yorkais pour détailler sa vision du paiement mobile de demain. Un écosystème de périphériques connectés graviterait certes autour des smartphones, mais le véritable centre d’action serait l’utilisateur lui-même, agissant par la voix, le mouvement et le toucher.

Ce potentiel inexploité irait donc chercher jusqu’au plus profond des cinq sens humains, permettant l’interaction naturelle avec l’ensemble des équipements technologiques du foyer.

De quoi bouleverser radicalement les habitudes de consommation d’ici une décennie, avec en point d’orgue le croisement tant évoqué entre les codes QR et la technologie de communication à courte portée (NFC), dont la complémentarité déboucherait sur leur association dans le cadre du paiement à distance.

MasterCard se propose ainsi de créer sa propre solution logicielle universelle, laquelle pourrait prendre en charge des commandes vocales, des actions face caméra ou encore des gestes du quotidien.

Aussi, la technologie Kinect de Microsoft pourrait servir d’intermédiaire dans un système de détection de mouvements qui offrirait la possibilité de porter la main à sa bouche pour signaler sa faim et accéder à la boutique en ligne du pizzaïolo le plus proche.

Comme l’explique ReadWriteWeb, l’heure est au renforcement du code QR, inclus à la terme dans la navigation Internet et les émissions télévisuelles interactives, notamment de téléachat.

Le programme QkR interviendrait alors en toute discrétion pour faciliter le rapatriement des informations vers un smartphone qui finaliserait en toute sécurité la transaction financière.

Plusieurs partenariats seraient en place ou en cours d’élaboration avec plusieurs constructeurs, éditeurs de logiciels et institutions financières.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur